Archives de catégorie : A voir

EXPOSITION COLLECTIVE EXIL Du 5 au 29 décembre 2016 au bar 61 (Paris 19)

Vernissage lundi 5 décembre à partir de 18h au bar 61
3 rue de l’Oise (19ème arrondissement Paris)
En présence des artistes
15129556_10154812274486180_8088478938057704057_o« Je les voyais comme je n’ai jamais vu personne et pas un détail de leurs visages ou de leurs habits ne m’échappait. Pourtant je ne les entendais pas et j’avais peine à croire à leur réalité. » 
L’Étranger, Camus. 

 

Comment représenter la “crise migratoire” qui traverse l’Europe sans succomber au fantasme médiatique et aux fictions politiques ? Comment traduire en image ces récits humains trop souvent oubliés ?
Lucie Bacon, Olivier Sarrazin, Françoise Beauguion et Lucile Boiron croisent leurs regards au 61 pour tenter de nous restituer à travers leurs pratiques artistiques l’histoire et le quotidien de ces hommes et femmes.
Ces artistes défont les schémas prédéfinis de la migration. Tous ont accompagnés ces migrants en exil dans ces espaces interstitiels, ces refuges hospitaliers, ces frontières barbelées, ces camps où naissent de nouvelles villes. Ils les ont photographiés ou cartographié leurs parcours pour nous donner à voir une autre réalité. Ils ont déjoués l’anonymat et l’invisibilité de ces “sans-Etat”, pour rendre à chacun leur part d’humanité.
Continuer la lecture de EXPOSITION COLLECTIVE EXIL Du 5 au 29 décembre 2016 au bar 61 (Paris 19)

Découvrez le Réseau Migrations en vidéo !

Lors de la journée des doctorants du colloque des 30 ans de Migrinter du 21 juin 2016, les doctorants de Migrinter ont présenté une vidéo explicitant la composition et les activités du Réseau Migrations, à partir d’une enquête… La vidéo conçue et réalisée par les doctorants met notamment en évidence la couverture internationale de ce réseau francophone et les inquiétudes que partagent ses membres quant à leur avenir/l’avenir de la recherche… Voici le texte de présentation du film tel qu’il fût annoncé ce jour-là :

Le projet que nous allons vous présenter a germé dans nos esprits au début de l’année 2016. Martine et Marine avaient alors été contactées par des étudiants de l’école européenne supérieure de l’image (EESI), une école d’art de Poitiers. Le thème des migrations, qui occupait déjà pleinement l’actualité médiatique, intéressait ses étudiants artistes … une collaboration entre notre laboratoire et l’école d’art paraissait prometteuse. Nous souhaitions éventuellement nous engager autour d’un projet commun de représentation “artistique”/”esthétique” de la dynamique réticulaire de nos activités de recherche, qu’il s’agisse de nos terrains, de nos lieux de vie, mais aussi de nos thématiques. Une petite délégation de l’EESI vint nous visiter dans nos beaux locaux de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS). Bien que cette rencontre n’aboutit pas sur un projet viable que l’on puisse vous présenter aujourd’hui, l’architecture, les transparences, les perspectives, les différents niveaux de cette bâtisse pittoresque, suscitèrent un fort enthousiasme chez nos confrères.

Hélas, pris par leurs examens de fin d’année, nos camarades ne pouvaient se libérer pour ce colloque, mais, leur rencontre et nos échanges, aiguisèrent notre sensibilité artistique. Sous les auspices des muses de l’art, frappés par la grâce d’Héphaïstos et d’Athéna, nous nous engageâmes nous-mêmes à produire quelque chose, encore peu identifié à l’époque, un produit fini en tout cas, qui porterait autour de la dynamique réticulaire de nos activités doctorales, avec une touch(e) arty, insufflée par l’énergie créatrice des étudiants de l’EESI.

Ayant, pour les plus anciens d’entre nous, pris part activement à la genèse du Réseau Migrations, dont tous les doctorants et docteurs sans poste de Migrinter sont membres, nous souhaitâmes alors rendre compte de l’émergence et de l’évolution de ce réseau, dont nous furent les témoins et les acteurs, et pour certaines parmi nous, des actrices très investies.

Encore fallait-il être capable de se représenter et de parler de cette dynamique. Nous disposions alors d’un certain nombre de données, liées au formulaire d’inscription en ligne des membres du réseau. Pour s’inscrire, un nouveau membre devait renseigner entre autres son sujet de thèse, de recherche postdoctorale, ou son mémoire de master, autant de data, de big data textuelles, qu’il était possible d’exploiter, grâce à un logiciel d’analyse statistique textuelle sous formes de “nuages de mots”, et de “graphes de co-occurences” des  termes les plus employés.

Mais les données que nous avions, ne suffisaient pas à rendre compte de l’implantation spatiale de nos différentes activités, ni des différentes caractéristiques des membres du réseau. Aussi, avons-nous songer à réaliser nous-mêmes notre propre enquête auprès des autres membres. Nous réalisâmes, alors une véritable enquête sociodémographique en ligne, dans les règles de l’art, avec une enquête pilote pour tester le premier questionnaire, protocole d’anonymisation, plusieurs relances pour diminuer l’attrition, apurement des données, constitution d’un système d’information géographique à l’échelle de la France métropolitaine et à l’échelle de la mappemonde. Après une première analyse statistique et cartographique de notre vaste échantillon de 47 enquêtés, nous jugeâmes nécessaires de dépasser le cadre habituel, impersonnel, de nos productions classiquement scientifiques et académiques, pour passer à un stade supérieur de la création.

L’équipe de doctorants structurée autour du projet, ne manquait d’ailleurs pas de talent. Je me dois ici de faire une parenthèse sur le contexte résidentiel de mise en œuvre de ce projet. Notre principale salle de réunion de travail était le point de jonction d’un réseau internet éphémère reliant Tbilissi, Tel-Aviv, Alger, Poitiers, Marseille, Nantes, Montreuil-sous-Bois, par un rendez-vous SKYPE d’abord mensuel, puis hebdomadaire. Sous les auspices de la fibre optique et de la 4G, nous échangeâmes lors de nombreux rendez-vous multi-situés, à l’image de nos terrains et de nos modes de vie.

Concernant les différents talents, il y eut d’emblée un élan créateur portée par les cartographes de l’équipe, pour rendre nos cartes plus personnelles, plus “arty”. Un atelier de décalcomanie animée par Lucie Bacon, vit le jour à Poitiers, demandant plus de travail et de rigueur que de la peinture sur pierre de lave émaillée qui fit des émules auprès de Martine Brouillette, Marine Bertrand et Maria Grazia Montella. D’autres se spécialisèrent dans l’animation visuelle, nous racontant par des “story-maps” l’évolution des activités du réseau migration. Paloma Maquet et Amandine Desille, dévouées à l’art de l’infographie, auraient pu, si elles avaient connu les années 1970, réaliser la pochette d’un album de groupe de rock psychédélique.

Mais ce n’était pas là le fin mot de l’histoire. Comment rendre compte de cette animation visuelle ? C’est là que les compétences de scénariste, monteuse, cinéaste, régisseuse de Julie Lemoux, Amandine Desille et Paloma Maquet furent mises au jour. Nous étions alors parés nous aussi pour passer le diplôme de l’EESI.
Bon visionnage !

Lucie Bacon, Marine Bertrand, Martine Brouillette, Amandine Desille, Julie Lemoux, Paloma Maquet, Maria Grazia Montella, Celio Sierra-Paycha.

Comment représenter un voyage migratoire ?

Un voyage cartographique dessiné par Lucie Bacon

Billet et cartes à consulter sur le site de Mediapart en suivant ce lien.

BANDEAU2

Entre le moment où Kreuz quitte le Congo et celui où il arrive en France, trois ans se sont écoulés. À rebours « d’une cartographie institutionnelle et médiatique responsable d’une vision trop lisse de l’espace parcouru », Lucie Bacon, doctorante en géographie au Laboratoire Migrinter (Université de Poitiers), a dessiné le voyage en 9 étapes, révélant les imprévus qui complexifient et élaborent le mouvement.

Exposition « Moving Beyond Borders »

Une exposition du réseau Migreurop & du collectif étrange miroir 

L’exposition « Moving Beyond Borders » s’intéresse aux parcours des personnes migrantes, tout en pointant les dispositifs qui sont responsables de leurs périlleuses traversées dans le Sahara, en mer Méditerranée ou sur les frontières orientales de l’Union européenne. Continuer la lecture de Exposition « Moving Beyond Borders »