Archives de catégorie : Les productions du réseau

Cette catégorie contiendra les articles de la rubrique : Les productions du réseau
1. A lire
2. A voir
3. A écouter

EXPOSITION COLLECTIVE EXIL Du 5 au 29 décembre 2016 au bar 61 (Paris 19)

Vernissage lundi 5 décembre à partir de 18h au bar 61
3 rue de l’Oise (19ème arrondissement Paris)
En présence des artistes
15129556_10154812274486180_8088478938057704057_o« Je les voyais comme je n’ai jamais vu personne et pas un détail de leurs visages ou de leurs habits ne m’échappait. Pourtant je ne les entendais pas et j’avais peine à croire à leur réalité. » 
L’Étranger, Camus. 

 

Comment représenter la “crise migratoire” qui traverse l’Europe sans succomber au fantasme médiatique et aux fictions politiques ? Comment traduire en image ces récits humains trop souvent oubliés ?
Lucie Bacon, Olivier Sarrazin, Françoise Beauguion et Lucile Boiron croisent leurs regards au 61 pour tenter de nous restituer à travers leurs pratiques artistiques l’histoire et le quotidien de ces hommes et femmes.
Ces artistes défont les schémas prédéfinis de la migration. Tous ont accompagnés ces migrants en exil dans ces espaces interstitiels, ces refuges hospitaliers, ces frontières barbelées, ces camps où naissent de nouvelles villes. Ils les ont photographiés ou cartographié leurs parcours pour nous donner à voir une autre réalité. Ils ont déjoués l’anonymat et l’invisibilité de ces “sans-Etat”, pour rendre à chacun leur part d’humanité.
Continuer la lecture de EXPOSITION COLLECTIVE EXIL Du 5 au 29 décembre 2016 au bar 61 (Paris 19)

Mixités conjugales. Discrédits, résistances et créativités dans les familles avec un partenaire arabe. Publication de la thèse de Laura Odasso

Sujet fort politisé et médiatisé de nos jours, la « mixité conjugale », celle de couples formés par des européens avec des non-européens, recèle les enjeux et les potentialités générés par les migrations. Elle confronte également nos sociétés à une redéfinition continue de la relation à l’altérité, qu’elle soit juridique, culturelle, religieuse,  linguistique, sexuelle. Ce livre s’insère dans ce débat et y apporte une contribution innovante à partir des histoires des couples formés entre des citoyens européens (ici en l’occurrence français ou italiens) et des partenaires « arabes ».

Continuer la lecture de Mixités conjugales. Discrédits, résistances et créativités dans les familles avec un partenaire arabe. Publication de la thèse de Laura Odasso

Compte-rendu du 3ème Séminaire Annuel du Réseau Migrations


« La Migration, au miroir des Arts, et des Questions d’Éthique  »

(20 juin 2016, M.S.H.S., Université de Poitiers, Poitiers, France)

Dans le cadre de la continuité des travaux du Réseau Migrations pour les jeunes chercheur.e.s travaillant sur les migrations internationales, celui-ci a organisé son troisième Séminaire Annuel le 20 juin 2016 à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de l’Université de Poitiers : un séminaire intitulé « la Migration, au miroir des Arts, et des Questions d’Éthique ». Ce séminaire a été soutenu par le Laboratoire MIGRINTER et le programme INTEGRIM. Le 3ème Séminaire Annuel du Réseau Migrations a été suivi par la Journée des Doctorants de MIGRINTER, première journée du colloque international « Penser les migrations pour repenser la société » (du 21 au 24 juin 2016). À cette occasion, le Laboratoire MIGRINTER a retracé trente années de recherche scientifique dans le domaine des migrations internationales.

Continuer la lecture de Compte-rendu du 3ème Séminaire Annuel du Réseau Migrations

1ère Université thématique euro-africaine du Réseau Migrations

Dans le cadre de ses activités scientifiques annuelles, le Réseau Migrations – en collaboration avec le Laboratoire de recherche MIGRINTER (CNRS-UMR 7301) de l’Université de Poitiers (France) et l’Observatoire Régional des Migrations, Espaces et Sociétés (ORMES) de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’Université Ibn Zohr d’Agadir (Maroc) -organise sa Première Édition d’Université thématique euro-africaine sur les migrations internationales ayant pour thème « Migrations et migrants a u cœur du faire politique ».

L’Université se tiendra sur six jours à Agadir au Maroc et sera accueillie par l’ORMES à l’Université Ibn Zohr. Elle entend réunir 20 doctorant.e.s, quel que soit l’état d’avancement de leurs recherches de thèse (début ou fin de thèse), et dont les objets d’étude concernent le champ des migrations et interrogent les multiples configurations des rapports possibles entre « politique » et « migration »dans une perspective internationale, comparatiste et interdisciplinaire. La réflexion convoquera les différents champs disciplinaires de la recherche sur les migrations et pourra s’appuyer sur des études de cas actuels et/ou récents, contextualisés aux Nords et / ou aux Suds.

Encadrée par un comité scientifique composé de membres du Réseau Migrations et animée par des chercheurs spécialistes des phénomènes migratoires, l’Université thématiqueentend rassembler des conférences plénières de chercheur.e.s invité.e.s sur des sujets majeurs identifiés ; des tables rondes de débats réunissant chercheur.e.s invité.e.s, doctorant.e.s et grand public; et des ateliers de travail de doctorant.e.s sous la direction de chercheur.e.s confirmé.e.s. Les ateliers de travail répartiront les doctorant.e.s retenu.e.s en quatre groupes de réflexion. Sous l’encadrement de deux chercheur.e.s confirmé.e.s, chaque groupe de doctorant.e.s sera amené à produire une réflexion croisée et comparatiste sur les problématiques associées aux axes de recherche maintenus, ceci à partir de leurs travaux respectifs : expériences de recherches, nouvelles problématiques de travail et avancées actuelles dans les approches épistémologiques et méthodologiques en matière de recherche sur les problématiques migratoires définies.

L’Université thématique se donne pour objectif principal de favoriser la confrontation des idées et des pratiques des jeunes chercheur.e.s, ainsi que de stimuler la coopération scientifique entre des chercheur.e.s, des laboratoires et des équipes de recherche des continents européen et africain. La rencontre et les échanges scientifiques entre des doctorant.e.s de ces deux aires régionales seront poursuivis au-delà de l’Université thématique, par la publication d’un ouvrage collectif dirigé par le Réseau Migrations, et issu des réflexions menées durant les ateliers de travail de l’Université.

Pour télécharger la présentation de l’Université d’été: UnivResMig-Affiche

Découvrez le Réseau Migrations en vidéo !

Lors de la journée des doctorants du colloque des 30 ans de Migrinter du 21 juin 2016, les doctorants de Migrinter ont présenté une vidéo explicitant la composition et les activités du Réseau Migrations, à partir d’une enquête… La vidéo conçue et réalisée par les doctorants met notamment en évidence la couverture internationale de ce réseau francophone et les inquiétudes que partagent ses membres quant à leur avenir/l’avenir de la recherche… Voici le texte de présentation du film tel qu’il fût annoncé ce jour-là :

Le projet que nous allons vous présenter a germé dans nos esprits au début de l’année 2016. Martine et Marine avaient alors été contactées par des étudiants de l’école européenne supérieure de l’image (EESI), une école d’art de Poitiers. Le thème des migrations, qui occupait déjà pleinement l’actualité médiatique, intéressait ses étudiants artistes … une collaboration entre notre laboratoire et l’école d’art paraissait prometteuse. Nous souhaitions éventuellement nous engager autour d’un projet commun de représentation “artistique”/”esthétique” de la dynamique réticulaire de nos activités de recherche, qu’il s’agisse de nos terrains, de nos lieux de vie, mais aussi de nos thématiques. Une petite délégation de l’EESI vint nous visiter dans nos beaux locaux de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS). Bien que cette rencontre n’aboutit pas sur un projet viable que l’on puisse vous présenter aujourd’hui, l’architecture, les transparences, les perspectives, les différents niveaux de cette bâtisse pittoresque, suscitèrent un fort enthousiasme chez nos confrères.

Hélas, pris par leurs examens de fin d’année, nos camarades ne pouvaient se libérer pour ce colloque, mais, leur rencontre et nos échanges, aiguisèrent notre sensibilité artistique. Sous les auspices des muses de l’art, frappés par la grâce d’Héphaïstos et d’Athéna, nous nous engageâmes nous-mêmes à produire quelque chose, encore peu identifié à l’époque, un produit fini en tout cas, qui porterait autour de la dynamique réticulaire de nos activités doctorales, avec une touch(e) arty, insufflée par l’énergie créatrice des étudiants de l’EESI.

Ayant, pour les plus anciens d’entre nous, pris part activement à la genèse du Réseau Migrations, dont tous les doctorants et docteurs sans poste de Migrinter sont membres, nous souhaitâmes alors rendre compte de l’émergence et de l’évolution de ce réseau, dont nous furent les témoins et les acteurs, et pour certaines parmi nous, des actrices très investies.

Encore fallait-il être capable de se représenter et de parler de cette dynamique. Nous disposions alors d’un certain nombre de données, liées au formulaire d’inscription en ligne des membres du réseau. Pour s’inscrire, un nouveau membre devait renseigner entre autres son sujet de thèse, de recherche postdoctorale, ou son mémoire de master, autant de data, de big data textuelles, qu’il était possible d’exploiter, grâce à un logiciel d’analyse statistique textuelle sous formes de “nuages de mots”, et de “graphes de co-occurences” des  termes les plus employés.

Mais les données que nous avions, ne suffisaient pas à rendre compte de l’implantation spatiale de nos différentes activités, ni des différentes caractéristiques des membres du réseau. Aussi, avons-nous songer à réaliser nous-mêmes notre propre enquête auprès des autres membres. Nous réalisâmes, alors une véritable enquête sociodémographique en ligne, dans les règles de l’art, avec une enquête pilote pour tester le premier questionnaire, protocole d’anonymisation, plusieurs relances pour diminuer l’attrition, apurement des données, constitution d’un système d’information géographique à l’échelle de la France métropolitaine et à l’échelle de la mappemonde. Après une première analyse statistique et cartographique de notre vaste échantillon de 47 enquêtés, nous jugeâmes nécessaires de dépasser le cadre habituel, impersonnel, de nos productions classiquement scientifiques et académiques, pour passer à un stade supérieur de la création.

L’équipe de doctorants structurée autour du projet, ne manquait d’ailleurs pas de talent. Je me dois ici de faire une parenthèse sur le contexte résidentiel de mise en œuvre de ce projet. Notre principale salle de réunion de travail était le point de jonction d’un réseau internet éphémère reliant Tbilissi, Tel-Aviv, Alger, Poitiers, Marseille, Nantes, Montreuil-sous-Bois, par un rendez-vous SKYPE d’abord mensuel, puis hebdomadaire. Sous les auspices de la fibre optique et de la 4G, nous échangeâmes lors de nombreux rendez-vous multi-situés, à l’image de nos terrains et de nos modes de vie.

Concernant les différents talents, il y eut d’emblée un élan créateur portée par les cartographes de l’équipe, pour rendre nos cartes plus personnelles, plus “arty”. Un atelier de décalcomanie animée par Lucie Bacon, vit le jour à Poitiers, demandant plus de travail et de rigueur que de la peinture sur pierre de lave émaillée qui fit des émules auprès de Martine Brouillette, Marine Bertrand et Maria Grazia Montella. D’autres se spécialisèrent dans l’animation visuelle, nous racontant par des “story-maps” l’évolution des activités du réseau migration. Paloma Maquet et Amandine Desille, dévouées à l’art de l’infographie, auraient pu, si elles avaient connu les années 1970, réaliser la pochette d’un album de groupe de rock psychédélique.

Mais ce n’était pas là le fin mot de l’histoire. Comment rendre compte de cette animation visuelle ? C’est là que les compétences de scénariste, monteuse, cinéaste, régisseuse de Julie Lemoux, Amandine Desille et Paloma Maquet furent mises au jour. Nous étions alors parés nous aussi pour passer le diplôme de l’EESI.
Bon visionnage !

Lucie Bacon, Marine Bertrand, Martine Brouillette, Amandine Desille, Julie Lemoux, Paloma Maquet, Maria Grazia Montella, Celio Sierra-Paycha.

Traversée des Balkans, troisième partie

VACARME n°75 « COURAGE »

Lucie Bacon

« Le sud de la Serbie envahi par des migrants en route vers l’UE », «La Serbie et la République de Macédoine ploient sous le poids des migrants », « La Macédoine débordée par le flux de migrants affluant vers l’UE »… peut-on lire régulièrement dans les grands journaux nationaux et européens depuis juin 2015. Choquants par le vocabulaire qu’ils emploient, simplifiants par les analyses qu’ils livrent, déshumanisants par cette obsession du comptage, ces choix lexicaux reflètent comment des milliers d’individus en exil se voient, une fois de plus, réduits à un simple flux statistique, à un phénomène de grande ampleur croissant et invasif, à un « fardeau » – selon le terme officiellement en vigueur dans la novlangue de l’Union européenne – pour les pays de « transit » comme pour ceux de « destination ».

Depuis des mois, sur la route dite « des Balkans », les frontières s’ouvrent, se ferment et se rouvrent. Des clôtures, des grillages, des barbelés se multiplient et se doublent. Une route encadrée, sécurisée et contrôlée se met en place. Elle entend protéger les populations et faciliter le mouvement. Un corridor pour tous, au départ. La possibilité, enfin, d’échapper aux expulsions et aux refoulements illégaux, aux mauvais traitements de la police aux frontières, à l’exploitation financière des passeurs, aux attaques de groupes criminels. La possibilité, aussi, de recevoir des soins médicaux, de se nourrir, de se vêtir chaudement, tout au long de la route, jusqu’à destination.

Puis, le corridor se transforme en monstre, excluant et discriminatoire. Depuis le 18 novembre 2015 il était réservé aux Syrien.ne.s, aux Irakien.ne.s et aux Afghan.e.s – les « SIA », selon le jargon des multiples acteurs sur place. Depuis le 22 février 2016, les Afghan.e.s en sont exclu.e.s, et viennent ainsi s’ajouter à la longue liste des autres nationalités qui en sont écartées, bannies, éloignées, rejetées, proscrites. Matérialisation socio-spatiale d’une entrave grave aux droits humains, et qui pourtant se banalise et presque, n’étonne plus. Traduction visible d’une incapacité à répondre à un état d’urgence migratoire, tant humanitaire que politique, tant local que global.

Malgré leurs efforts langagiers, les gouvernements européens peineront à nous convaincre du contraire. Créer des « hotspots » en Grèce pour « enregistrer », « identifier » et permettre le « traitement plus rapide des dossiers » de milliers d’individus en exil ? Faire intervenir un groupement naval de l’OTAN pour « aider à la lutte contre le trafic humain » orchestré par les passeurs ? Vraiment ? L’alibi « sécuritaire » et « protecteur » ne fait plus illusion : 6500 personnes sont aujourd’hui bloquées à Idomeni (frontière gréco-macédonienne), plusieurs sont mortes de froid, les cadavres dans la mer Egée ne se comptent plus, et à toutes les frontières, la surveillance se renforce et les violences policières se multiplient…

Pour des raisons scientifiques, méthodologiques, éthiques et déontologiques liées à mon travail de thèse, le troisième épisode de ce feuilleton-carte se détourne un instant de la Bosnie-Herzégovine, et propose de placer son regard sur les parcours de trois jeunes hommes rencontrés sur les routes en Serbie et en Macédoine.

Lucie Bacon est doctorante en géographie (Laboratoire Migrinter, Université de Poitiers). Ces données sont issues d’un récent terrain de recherche réalisé en Serbie, en Macédoine et en Allemagne, de décembre 2015 à février 2016.

LB

Compte rendu du quatrième atelier scientifique « informel » du Réseau Migrations

Compte-rendu de la journée d’étude suivie d’un atelier du Réseau Migrations

31 mars-1e avril 2016 – Centre Anis Gras – Paris

(Supportés par l’Université Paris 13, le centre Experice, Anis-Gras et le Réseau Migrations)

Les deux journées ont tourné autour de cette thématique : « Néolibéralisme et mobilités internationales : rationalités, subjectivités. » La journée d’étude du 31 mars 2016 a voulu explorer ce thème à travers deux axes : le premier concernait les travailleurs qualifiés et les secteurs formels de l’économie, et le second les travailleurs peu qualifiés et/ou les secteurs informels de l’économie. Les questions adressées à travers ces deux axes concernaient l’impact de la rationalité néolibérale sur les parcours de migrations. Comment pouvons-nous retrouver, selon le récit des personnes en situation migratoire et leurs parcours d’expériences, les logiques d’une certaine rationalité néolibérale ? Comment lire les transformations supposées des migrations et des politiques publiques migratoires à l’heure de la gouvernementalité néolibérale ?

Continuer la lecture de Compte rendu du quatrième atelier scientifique « informel » du Réseau Migrations

Donner à voir le monde des camps

Texte et cartographie  : David Lagarde

Article également consultable sur le site du programme de recherche antiAtlas des frontières

Donner à voir le monde des camps-01

Lorsque Michel Agier et Olivier Clochard m’ont proposé au printemps 2013 de réaliser une « carte globale des camps » dans le cadre du projet de recherche Mobglob, j’ai trouvé leur sollicitation aussi séduisante que périlleuse. En tant que cartographe, il ne me semblait pas exister de meilleur moyen pour alerter l’opinion publique sur la banalisation du phénomène d’enfermement des populations migrantes. Mais au vue du temps et de l’énergie consacrée par les membres du réseau Migreurop à la réalisation de la carte des camps en Europe se lancer dans le recensement de l’ensemble des lieux d’enfermement d’étrangers de la planète me semblait être un projet extraordinairement ambitieux. Continuer la lecture de Donner à voir le monde des camps

Comment représenter un voyage migratoire ?

Un voyage cartographique dessiné par Lucie Bacon

Billet et cartes à consulter sur le site de Mediapart en suivant ce lien.

BANDEAU2

Entre le moment où Kreuz quitte le Congo et celui où il arrive en France, trois ans se sont écoulés. À rebours « d’une cartographie institutionnelle et médiatique responsable d’une vision trop lisse de l’espace parcouru », Lucie Bacon, doctorante en géographie au Laboratoire Migrinter (Université de Poitiers), a dessiné le voyage en 9 étapes, révélant les imprévus qui complexifient et élaborent le mouvement.

Traversée des Balkans, 
parcours de migrants : être en cours de route 
en Bosnie-Herzégovine (épisode 1)

Billet de Lucie Bacon

CARTECapture d’écran 2015-11-07 à 20.42.36

La Bosnie-Herzégovine, étape ou point d’arrivée sur les routes vers l’Union européenne, est un lieu où se nouent les enjeux migratoires contemporains, entre passage de migrants et pressions des politiques européennes. Le pays est pourtant un angle mort du paysage migratoire mondial. Pour rendre visibles les flux et leurs points nodaux, il y a les images. Voici le premier feuillet de la série cartographique de Lucie Bacon. Continuer la lecture de Traversée des Balkans, 
parcours de migrants : être en cours de route 
en Bosnie-Herzégovine (épisode 1)

Traversée des Balkans, parcours de migrants : être en cours de route en Bosnie-Herzégovine (épisode 2)

Un billet de Lucie Bacon

loadimg

Déplacer la focale sur une région où le phénomène migratoire reste encore mé(mal)connu comparé à d’autres espaces au coeur de l’attention politique et médiatique. Replacer les Balkans dans le paysage migratoire mondial, les routes et les points nodaux qui le constituent. Situer la Bosnie-Herzégovine et ses lieux de passage dans ce recadrage global. Tels furent les objectifs du premier volet de ce feuilleton-carte (Vacarme 71).

Continuer la lecture de Traversée des Balkans, parcours de migrants : être en cours de route en Bosnie-Herzégovine (épisode 2)

Collecting Migrant Experiences at the Walls of the European Union

Conversation with Lucie Bacon

By Leopold Lambert, Paris on June 27, 2015.

Lucie Bacon and I had this conversation only a few days after she finished her second field trip in Bosnia-and-Herzegovina where her research took her to study the European Union politics of “externalization,” i.e. the ‘subcontracting’ of its (anti-)migration policies outside of the Shenghen Space. Lucie has visited some asylum centers, where numerous migrants wait to be granted their legal status, and detention centers, where migrant bodies are imprisoned prior to their expulsion. She collected numerous testimonies from migrants themselves, but also organizers, activists, administrative officials, etc. and tell us about them in this discussion. We also talk about her cartographic practice, which tries to represent the complexity of migratory paths and experiences, in opposition to the traditional journalistic ways of mapping such trajectories.

Continuer la lecture de Collecting Migrant Experiences at the Walls of the European Union