Tous les articles par ninasahraoui

Découvrez le Réseau Migrations en vidéo !

Lors de la journée des doctorants du colloque des 30 ans de Migrinter du 21 juin 2016, les doctorants de Migrinter ont présenté une vidéo explicitant la composition et les activités du Réseau Migrations, à partir d’une enquête… La vidéo conçue et réalisée par les doctorants met notamment en évidence la couverture internationale de ce réseau francophone et les inquiétudes que partagent ses membres quant à leur avenir/l’avenir de la recherche… Voici le texte de présentation du film tel qu’il fût annoncé ce jour-là :

Le projet que nous allons vous présenter a germé dans nos esprits au début de l’année 2016. Martine et Marine avaient alors été contactées par des étudiants de l’école européenne supérieure de l’image (EESI), une école d’art de Poitiers. Le thème des migrations, qui occupait déjà pleinement l’actualité médiatique, intéressait ses étudiants artistes … une collaboration entre notre laboratoire et l’école d’art paraissait prometteuse. Nous souhaitions éventuellement nous engager autour d’un projet commun de représentation “artistique”/”esthétique” de la dynamique réticulaire de nos activités de recherche, qu’il s’agisse de nos terrains, de nos lieux de vie, mais aussi de nos thématiques. Une petite délégation de l’EESI vint nous visiter dans nos beaux locaux de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS). Bien que cette rencontre n’aboutit pas sur un projet viable que l’on puisse vous présenter aujourd’hui, l’architecture, les transparences, les perspectives, les différents niveaux de cette bâtisse pittoresque, suscitèrent un fort enthousiasme chez nos confrères.

Hélas, pris par leurs examens de fin d’année, nos camarades ne pouvaient se libérer pour ce colloque, mais, leur rencontre et nos échanges, aiguisèrent notre sensibilité artistique. Sous les auspices des muses de l’art, frappés par la grâce d’Héphaïstos et d’Athéna, nous nous engageâmes nous-mêmes à produire quelque chose, encore peu identifié à l’époque, un produit fini en tout cas, qui porterait autour de la dynamique réticulaire de nos activités doctorales, avec une touch(e) arty, insufflée par l’énergie créatrice des étudiants de l’EESI.

Ayant, pour les plus anciens d’entre nous, pris part activement à la genèse du Réseau Migrations, dont tous les doctorants et docteurs sans poste de Migrinter sont membres, nous souhaitâmes alors rendre compte de l’émergence et de l’évolution de ce réseau, dont nous furent les témoins et les acteurs, et pour certaines parmi nous, des actrices très investies.

Encore fallait-il être capable de se représenter et de parler de cette dynamique. Nous disposions alors d’un certain nombre de données, liées au formulaire d’inscription en ligne des membres du réseau. Pour s’inscrire, un nouveau membre devait renseigner entre autres son sujet de thèse, de recherche postdoctorale, ou son mémoire de master, autant de data, de big data textuelles, qu’il était possible d’exploiter, grâce à un logiciel d’analyse statistique textuelle sous formes de “nuages de mots”, et de “graphes de co-occurences” des  termes les plus employés.

Mais les données que nous avions, ne suffisaient pas à rendre compte de l’implantation spatiale de nos différentes activités, ni des différentes caractéristiques des membres du réseau. Aussi, avons-nous songer à réaliser nous-mêmes notre propre enquête auprès des autres membres. Nous réalisâmes, alors une véritable enquête sociodémographique en ligne, dans les règles de l’art, avec une enquête pilote pour tester le premier questionnaire, protocole d’anonymisation, plusieurs relances pour diminuer l’attrition, apurement des données, constitution d’un système d’information géographique à l’échelle de la France métropolitaine et à l’échelle de la mappemonde. Après une première analyse statistique et cartographique de notre vaste échantillon de 47 enquêtés, nous jugeâmes nécessaires de dépasser le cadre habituel, impersonnel, de nos productions classiquement scientifiques et académiques, pour passer à un stade supérieur de la création.

L’équipe de doctorants structurée autour du projet, ne manquait d’ailleurs pas de talent. Je me dois ici de faire une parenthèse sur le contexte résidentiel de mise en œuvre de ce projet. Notre principale salle de réunion de travail était le point de jonction d’un réseau internet éphémère reliant Tbilissi, Tel-Aviv, Alger, Poitiers, Marseille, Nantes, Montreuil-sous-Bois, par un rendez-vous SKYPE d’abord mensuel, puis hebdomadaire. Sous les auspices de la fibre optique et de la 4G, nous échangeâmes lors de nombreux rendez-vous multi-situés, à l’image de nos terrains et de nos modes de vie.

Concernant les différents talents, il y eut d’emblée un élan créateur portée par les cartographes de l’équipe, pour rendre nos cartes plus personnelles, plus “arty”. Un atelier de décalcomanie animée par Lucie Bacon, vit le jour à Poitiers, demandant plus de travail et de rigueur que de la peinture sur pierre de lave émaillée qui fit des émules auprès de Martine Brouillette, Marine Bertrand et Maria Grazia Montella. D’autres se spécialisèrent dans l’animation visuelle, nous racontant par des “story-maps” l’évolution des activités du réseau migration. Paloma Maquet et Amandine Desille, dévouées à l’art de l’infographie, auraient pu, si elles avaient connu les années 1970, réaliser la pochette d’un album de groupe de rock psychédélique.

Mais ce n’était pas là le fin mot de l’histoire. Comment rendre compte de cette animation visuelle ? C’est là que les compétences de scénariste, monteuse, cinéaste, régisseuse de Julie Lemoux, Amandine Desille et Paloma Maquet furent mises au jour. Nous étions alors parés nous aussi pour passer le diplôme de l’EESI.
Bon visionnage !

Lucie Bacon, Marine Bertrand, Martine Brouillette, Amandine Desille, Julie Lemoux, Paloma Maquet, Maria Grazia Montella, Celio Sierra-Paycha.

Traversée des Balkans, troisième partie

VACARME n°75 « COURAGE »

Lucie Bacon

« Le sud de la Serbie envahi par des migrants en route vers l’UE », «La Serbie et la République de Macédoine ploient sous le poids des migrants », « La Macédoine débordée par le flux de migrants affluant vers l’UE »… peut-on lire régulièrement dans les grands journaux nationaux et européens depuis juin 2015. Choquants par le vocabulaire qu’ils emploient, simplifiants par les analyses qu’ils livrent, déshumanisants par cette obsession du comptage, ces choix lexicaux reflètent comment des milliers d’individus en exil se voient, une fois de plus, réduits à un simple flux statistique, à un phénomène de grande ampleur croissant et invasif, à un « fardeau » – selon le terme officiellement en vigueur dans la novlangue de l’Union européenne – pour les pays de « transit » comme pour ceux de « destination ».

Depuis des mois, sur la route dite « des Balkans », les frontières s’ouvrent, se ferment et se rouvrent. Des clôtures, des grillages, des barbelés se multiplient et se doublent. Une route encadrée, sécurisée et contrôlée se met en place. Elle entend protéger les populations et faciliter le mouvement. Un corridor pour tous, au départ. La possibilité, enfin, d’échapper aux expulsions et aux refoulements illégaux, aux mauvais traitements de la police aux frontières, à l’exploitation financière des passeurs, aux attaques de groupes criminels. La possibilité, aussi, de recevoir des soins médicaux, de se nourrir, de se vêtir chaudement, tout au long de la route, jusqu’à destination.

Puis, le corridor se transforme en monstre, excluant et discriminatoire. Depuis le 18 novembre 2015 il était réservé aux Syrien.ne.s, aux Irakien.ne.s et aux Afghan.e.s – les « SIA », selon le jargon des multiples acteurs sur place. Depuis le 22 février 2016, les Afghan.e.s en sont exclu.e.s, et viennent ainsi s’ajouter à la longue liste des autres nationalités qui en sont écartées, bannies, éloignées, rejetées, proscrites. Matérialisation socio-spatiale d’une entrave grave aux droits humains, et qui pourtant se banalise et presque, n’étonne plus. Traduction visible d’une incapacité à répondre à un état d’urgence migratoire, tant humanitaire que politique, tant local que global.

Malgré leurs efforts langagiers, les gouvernements européens peineront à nous convaincre du contraire. Créer des « hotspots » en Grèce pour « enregistrer », « identifier » et permettre le « traitement plus rapide des dossiers » de milliers d’individus en exil ? Faire intervenir un groupement naval de l’OTAN pour « aider à la lutte contre le trafic humain » orchestré par les passeurs ? Vraiment ? L’alibi « sécuritaire » et « protecteur » ne fait plus illusion : 6500 personnes sont aujourd’hui bloquées à Idomeni (frontière gréco-macédonienne), plusieurs sont mortes de froid, les cadavres dans la mer Egée ne se comptent plus, et à toutes les frontières, la surveillance se renforce et les violences policières se multiplient…

Pour des raisons scientifiques, méthodologiques, éthiques et déontologiques liées à mon travail de thèse, le troisième épisode de ce feuilleton-carte se détourne un instant de la Bosnie-Herzégovine, et propose de placer son regard sur les parcours de trois jeunes hommes rencontrés sur les routes en Serbie et en Macédoine.

Lucie Bacon est doctorante en géographie (Laboratoire Migrinter, Université de Poitiers). Ces données sont issues d’un récent terrain de recherche réalisé en Serbie, en Macédoine et en Allemagne, de décembre 2015 à février 2016.

LB

Séminaire Annuel du Réseau Migrations 2016

 Le Réseau Migrations a le plaisir de vous informer de l’appel à communication qu’il lance pour son troisième Séminaire Annuel qu’il organise à la M.S.H.S. de Poitiers, accueilli par le laboratoire MIGRINTER de l’Université de Poitiers, France, le 20 Juin 2016.
 
Nous aborderons lors de ce RESEAU MIG 2016la double thématique : « La Migration, au miroir des Arts, et des Questions d’Éthique ».   
Cette journée sera en partie dédiée à la vie du réseau et à la création d’un espace informel de discussion pour les chercheurs dans les études migratoires, dans la continuité des premiers événements scientifiques organisés par le Réseau depuis Juin 2014. L’idée est de créer un cadre informel d’échanges et de discussions où tous les participants pourront évoquer leurs travaux et leurs réflexions, parallèlement et au-delà de la thématique fixée pour l’événement.  
La date limite de soumission des propositions de communication est fixée au 15 mars 2016 inclus
Pour les personnes qui interviendront lors de cette journée sous la forme d’une communication ou d’un poster, des possibilités de financement sont envisageables.
Et pour toute demande d’informations complémentaires : bettyrouland@hotmail.fr 
En espérant vous trouver nombreux pour cet événement !   
Les comités scientifique et logistique – pour le troisième Séminaire Annuel du Réseau Migrations. 

L’Art, l’Autre, l’Hospitalité du 13 Janvier au 11 Février 2016 à Arcueil

Changer le regard sur les migrants, sur les exilés, les réfugiés, passer de la compassion à la compréhension, tels sont les enjeux des initiatives impulsées par Anis Gras-le lieu de l’autre et de tous ses partenaires. Anis Gras est une maison de gestation et de travail artistiques, inscrits dans les questions contemporaines, un espace de transmission, de croisement, de complicités avec le territoire. L’hospitalité est une valeur qui traverse, depuis toujours, l’ensemble de son action.

Nous sommes dans une période où l’hospitalité à l’égard des migrants, des réfugiés, des exilés est devenue un enjeu majeur.
La création par la compagnie du Samovar dirigée par Pierre Longuenesse (à Anis Gras puis en tournée), du texte de Michel Simonot : Le But de Roberto Carlos (Editions Quartett, 2013), et sa mise en scène par les élèves d’Eric Frey au conservatoire du 19ème arrondissement de Paris, sont l’occasion de s’emparer de cette question. Des partenaires ont immédiatement répondu à la proposition de s’associer à cette initiative, avec le soutien de la mairie d’Arcueil, pour la nourrir et lui donner une résonance bien au delà d’Anis Gras.

Pour consulter le programme du cycle : Programme complet AAH-2

Appel à communication : Politiser, Dépolitiser, Repolitiser

Le colloque des jeunes chercheurEs en études critiques du politique a pour objectif de créer un espace d’échange entre doctorantEs et jeunes docteurEs s’intéressant de façon critique au fait politique.

Le colloque de 2016, qui aura lieu les 25 et 26 février prochain à l’Université Paris 7- Diderot, constituera la quatrième édition de ce projet, appelé à se renouveler annuellement.

Les projets de communication (2000-3000 caractères) doivent nous être envoyés avant le 30 décembre 2015, à l’adresse suivante : frama.link/cjcecp2016 . Aucune autre forme de candidature ne sera acceptée. Pour toute question, merci de nous contacter à l’adresse suivante : colloque.critiques.politique@gmail.com . Nous annoncerons les propositions retenues fin janvier 2016.

Dans la mesure des financements disponibles, des défraiements pourront être demandés au comité d’organisation, les intervenants et les intervenantes sont toutefois invité-e-s à démarcher leurs institutions de rattachement. La publication des actes de ce colloque est envisagée.

Appel à communication Politiser, Dépolitiser, Repolitiser_Version pour diffusion

Séminaire : « Migrations regards croisés »

Date et horaires : Les 2e mercredis du mois de 14 à 16h

Lieux : En alternance à l’Université Paris-Ouest Nanterre (bâtiment F, salle F352) et au Musée de l’histoire de l’immigration, Palais de la Porte Dorée – 293, avenue Daumesnil (atelier 4).

L’objectif du séminaire est de proposer un espace d’échanges autour de récents travaux de recherche sur la question des migrations. S’appuyant sur la présence de plusieurs enseignant-e-s-chercheur-e-s de l’université Paris-Ouest Nanterre travaillant sur ce sujet, il vise à favoriser le dialogue entre différentes disciplines (histoire, sociologie, science politique, droit, anthropologie et économie) et à décloisonner la question migratoire des ancrages disciplinaires. Il s’agit également de valoriser les jeunes chercheur-e-s, doctorant-e-s et docteur-e-s, qui trouveront un lieu de discussion, à la fois rigoureux et bienveillant, de leurstravaux de recherche. Une certaine place est accordée aux travaux de recherche portant sur les politiques publiques et leurs implications juridiques, à l’État et à l’administration, objets qui facilitent la confrontation des disciplines. Continuer la lecture de Séminaire : « Migrations regards croisés »

Appel à contributions Migrance 45

« L’accueil des étrangers en France au XXe siècle : enjeux, acteurs et pratiques »

Depuis 1993, la revue Migrance, publiée par l’association Génériques, fait connaître l’histoire et la mémoire de l’immigration tant au niveau national qu’international. Le numéro 45, dont la sortie est prévue au printemps 2016, sera consacré à « L’accueil des étrangers en France au XXe siècle : enjeux, acteurs et pratiques ». Ce numéro proposera une perspective historique sur différentes dimensions de l’accueil afin d’approfondir la connaissance et la réflexion sur un aspect peu étudié de l’histoire de l’immigration. Il s’intéressera en particulier à l’histoire et à la mémoire de l’accueil des primo-arrivants.

Pour lire l’appel:  Migrance45_appelacontrib

Fully Funded 4-year PhD – Deportation, Detention and Migration

University of Leicester: Fully Funded 4-year PhD Opportunity

Graduate Research Assistantship – Deportation, Detention and Migration

We are looking for a highly promising student who will relish the opportunity of combining doctoral research with research assistance to Professor Clare Anderson and/ or Dr Leah Bassel. We welcome applications from students with an understanding of the history and/ or sociology of deportation, detention and migration, and/ or related areas. Individuals with backgrounds in the broad subject area are encouraged to apply, including those with an interest in –

– ‘free’ and ‘forced’ migration, past and present (slavery, ‘trafficking’, migration/ exile as punishment);

– the gender, race and class dimensions of migration, coercion and confinement, and detention and deportation;

– tracing forms of resistance to coerced migration, detention and deportation in contemporary and/ or comparative, historical perspective;

– the presence of the past in contemporary pro-migrant and migrant-led social movements, particularly the absence or presence of the colonial legacy in discourses and practices of mobilisation.

Deadline 1 December 2015

Available January 2016

Full details – https://www2.le.ac.uk/departments/history/postgraduate/fully-funded-graduate-research-assistantship