Appel à communications « Migrations de retour, transferts sociaux et pratiques citoyennes transnationales »

Dans le cadre du colloque international 2018 de l’APAD (Association pour l’anthropologie du changement social et du développement) qui se tiendra à l’Université de Roskilde (Danemark) du 23 au 25 mai 2018, sur le thème « migrations, développement, citoyennetés », nous organisons un panel sous le thème « Migrations de retour, transferts sociaux et pratiques citoyennes transnationales ».

Organisateurs du panel :

  • Hicham JAMID, Doctorant, LISE-CNRS Cnam-Paris & ORMES, Université Ibn Zohr, Agadir, hichamjmd@gmail.com
  • Nina SAHRAOUI, Chercheuse post-doc associée, Institut Universitaire Européen, Florence, nina.sahraoui@gmail.com

L’étude des espaces transnationaux dans le champ des recherches sur les migrations, notamment depuis les années 1990, a porté une attention particulière aux pratiques transnationales des migrants, remédiant ainsi à la vision étriquée du migrant perçu uniquement au travers du prisme de l’immigration au détriment de celui de l’émigration. Si les problématiques de « l’assimilation », du « multiculturalisme » ou de « l’intégration » des migrants dans la société d’installation ont occupé, jusqu’à la fin des années 1980, la recherche en sciences sociales sur le fait migratoire, les transnational studies se sont présentées comme une « nouvelle » approche analytique, capable de désigner la capacité des migrants à tisser et à maintenir des relations économiques, politiques et socioculturelles liant leurs sociétés d’installation et d’origine. L’approche transnationale a ainsi apporté un nouveau regard sur les migrations de retour, insistant sur le fait que le terme de « retour » n’implique pas nécessairement l’idée d’un retour définitif (Charbit, 2007) et conceptualisant davantage ce dernier comme une étape, un moment de la trajectoire migratoire, qui doit être étudié dans toutes les dimensions spatiales et temporelles du parcours du migrant (Petit et al., 2007). Ainsi, le migrant conceptualisé comme « transmigrant » (Glick Schiller et. al., 1995) permet de percevoir d’autres dynamiques engendrées par les migrations en portant l’attention également sur les transferts sociaux (Levitt, 1998) et politiques (Ostergaard-Nielsen, 2003; Collyer, 2014). Au travers de l’étude des pratiques transnationales des migrants ce sont aussi les implications pour les individus et communautés non migrants qui ont fait l’objet d’un intérêt croissant (Levitt and Lamba-Nieves, 2013).

Le foisonnement des recherches en ce domaine a toutefois relativement peu intégré les approches intersectionnelles. Plusieurs propositions de théorisation semblent néanmoins pertinentes pour une analyse intersectionnelle des dynamiques et relations de pouvoir au sein des pratiques transnationales ; par exemple les travaux de Floya Anthias autour du concept de ‘translocational positionality’ (Anthias, 2012) ou encore ceux de Sarah Mahler et Patricia Pessar autour de celui de ‘gendered geographies of power’ (Mahler and Pessar, 2001). Ce panel propose de porter une attention particulière au genre et classes sociales dans l’analyse des pratiques citoyennes transnationales, des transferts sociaux et des migrations circulaires /de retour.

 Cet appel invite à des communications en français ou en anglais, notamment autour des thématiques suivantes :

  • les migrations circulaires et/ou de retour, et plus particulièrement les analyses intersectionnelles de ces formes de migrations ;
  • les différentes formes de transferts sociaux, études de cas et typologies ;
  • l’impact des nouvelles technologies sur les transferts sociaux et politiques ;
  • les transferts sociaux des migrants et les questions de développement ;
  • les transferts sociaux comme phénomènes multidirectionnels entre société de départ et société d’installation ;
  • les pratiques citoyennes transnationales, notamment dans leurs implications sociales, civiques et politiques pour les sociétés de départ ;
  • les migrations circulaires/de retour au travers des questions de nationalité, citoyenneté et de double nationalité ;
  • l’impact de l’émigration /migration circulaire /migration de retour sur les individus/ familles/ communautés non-migrant×e×s.

Les communications attendues peuvent relever des différentes disciplines de sciences sociales et les approches interdisciplinaires sont particulièrement bienvenues.

Les propositions de communication, de 500 mots maximum, seront envoyées avant le 12 novembre 2017 à Hicham Jamid (hichamjmd@gmail.com) et Nina Sahraoui (nina.sahraoui@gmail.com). Les propositions devront indiquer le nom, le statut et l’affiliation des auteur×e×s. Il est attendu que les résumés présentent la question de recherche, le cadre théorique ainsi que la méthodologie ayant servi à la collecte des données empiriques mobilisées.

Informations pratiques (à retrouver sur le site de la conférence) :

Ce panel est organisé dans le cadre du colloque international 2018 de l’APAD (Association pour l’anthropologie du changement social et du développement) qui se tiendra à l’Université de Roskilde (Danemark) du 23 au 25 mai 2018, sur le thème « migrations, développement, citoyennetés ».

Les langues de travail sont le français et l’anglais.

Les frais d’inscription sont de 160 €. Ils incluent la documentation, les pauses-café, les repas de midi à la cafétéria de l’Université, le cocktail et l’adhésion à l’APAD pour 2018 et l’envoi d’un numéro d’Anthropologie & développement.

Les frais d’inscription sont réduits à 120 € pour les membres de l’APAD à jour de leur cotisation.

Quelques bourses seront disponibles pour les chercheurs africains qui ne pourraient pas financer leur venue. L’APAD organisera un atelier d’écriture à destination des jeunes chercheurs africains en mars 2018, sur la base des communications reçues.

Pour plus d’informations : http://apad-association.org/colloque-2018/

Call for Papers for the panel:

 Return migration, social remittances and transnational citizenship practices

Panel conveyors:

  • Hicham JAMID, PhD Candidate, LISE-CNRS Cnam-Paris & ORMES, University Ibn Zohr, Agadir, hichamjmd@gmail.com
  • Nina SAHRAOUI, Post-doctoral Research Associate, European University Institute, Florence, nina.sahraoui@gmail.com

Research on transnational spaces in the field of migration studies, notably since the 1990s, dedicated specific attention to the transnational practices of migrants, which remediated the biased perspective of the migrant considered only through the prism of immigration and not emigration. While issues revolving around ‘assimilation’, ‘multiculturalism’ and ‘integration’ of migrants have constituted until the end of the 1980s the bulk of social science research around migration, transnationalism studies offered a new analytical approach, able to account for migrants’ ability to create and maintain economic, political and socio-cultural ties between societies of residence and origin. This transnational frame has brought about new perspectives on return migration, revealing that the concept of ‘return’ far from equating definitive return, could be conceptualised as a stage, a phase of the migratory trajectory that needs to be studied in all its dimensions across time and space (Petit et al., 2007). Conceptualising the migrant as a ‘transmigrant’ (Glick Schiller et. al., 1995) sheds light on other dynamics engendered by migration, notably social (Levitt, 1998) and political remittances (Ostergaard-Nielsen, 2003; Collyer, 2014). The study of transnational practices of migrants equally led to an increased scholarly interest for the implications of migration for non-migrant individuals and communities (Levitt and Lamba-Nieves, 2013).

Overall, the development of research in this field has, however, rarely mobilised intersectional analytical frames. Several theoretical propositions can nevertheless be mobilised to take up the task of carrying out an intersectional analysis of power relations within transnational practices, such as Floya Anthias’ conceptualisation of ‘translocational positionality’ (Anthias, 2012) or Sarah Mahler and Patricia Pessar’s work on ‘gendered geographies of power’ (Mahler and Pessar, 2001). This panel wishes to dedicate specific attention to gendered and classed analyses of transnational citizenship practices, social remittances and circular/return migration.

This call invites papers, in French or English, which consider (notably but not only) the following topics:

  • circular/return migration, and notably intersectional analyses of these migration patterns;
  • forms of social remittances, case studies and typologies ;
  • impacts of new technologies on social and political remittances ;
  • social remittances of migrants and development issues ;
  • social remittances as multidirectional phenomenon between society of departure and society of residence ;
  • transnational citizenship practices and their social, civic and political implications for societies of origin ;
  • circular/return migration in the light of issues around nationality, citizenship and dual citizenship;
  • the implications of emigration and circular/return migration on non-migrant individuals/ families/ communities.

All social sciences disciplines are relevant to this call and interdisciplinary approaches are of particular interest.

Proposals, of 500 words maximum, should be sent by November, 12th, 2017 to Hicham Jamid (hichamjmd@gmail.com) and Nina Sahraoui (nina.sahraoui@gmail.com) and indicate name of author, current position and affiliation. Proposals should specify the main research question, the theoretical framework as well as the methodology followed for the collection of the data mobilised in the paper.

Practical information (to be found on the conference website):

This panel is organised in the framework of the APAD (the Association for the Anthropology of Social Change and Development) 2018 conference ‘Migration, Development and Citizenship’ to be held in Roskilde, Denmark, 23-25 Mai 2018.

The Conference languages are English and French.

Registration: Full rate for standard registration: €160. The standard registration fee includes documentation, lunch, coffee-breaks, cocktail and APAD fees for 2018 (+ including one issue of Anthropology & development, APAD journal).

Concession rate (APAD members): €120.

Some grants will be available for African scholars. APAD will organise a writing workshop in March 2018 for young African scholars with a selected paper.

For more information: http://apad-association.org/en/2018-conference/

Bibliographie citée / Bibliography

Anthias, F. (2012) Transnational Mobilities, Migration Research And Intersectionality Towards A Translocational Frame, Nordic Journal of Migration Research, 2(2), pp.102-110

Charbit, M. (2007) Transferts, retours et développement, données, concepts et problématiques, In : Petit, V. (dir.), (2007), Migrations internationales de retour et pays d’origine, les collections du Centre de Population et Développement, Paris, pp. 57-85, 208 p.

Collyer, M. (2014) “Inside Out? Directly Elected ‘Special Representation’ of Emigrants in National Legislatures and the Role of Popular Sovereignty.” Political Geography 41: 64–73

Glick Schiller N., Basch L., Szanton Blanc C. (1995) ‘From Immigrant to Transmigrant: Theorizing Transnational Migration’, Anthropological Quarterly, Vol. 68, No. 1 (Jan.), pp. 48-63

Levitt, P. (1998) Social Remittances: Migration Driven Local-Level Forms of Cultural Diffusion. International Migration Review, Vol. 32, No. 4 (Winter), pp. 926-948

Levitt, P. and Lamba-Nieves, D. (2013) Rethinking social remittances and the migration-development nexus from the perspective of time. Migration Letters, Volume: 10, No: 1, pp. 11 – 22

Mahler Sarah J. & Pessar Patricia R. (2001) Gendered Geographies of Power: Analyzing Gender Across Transnational Spaces, Identities, 7:4, 441-459

Østergaard-Nielsen E., “The Politics of Migrants’ Transnational Political Practices”, International Migration Review, Vol. 37, No. 3, (Fall, 2003), pp. 760-786

Petit, V. (dir.), (2007), Migrations internationales de retour et pays d’origine, Les collections du Centre de Population et Développement, Paris, pp. 57-85

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search