EXPOSITION COLLECTIVE EXIL Du 5 au 29 décembre 2016 au bar 61 (Paris 19)

Vernissage lundi 5 décembre à partir de 18h au bar 61
3 rue de l’Oise (19ème arrondissement Paris)
En présence des artistes
15129556_10154812274486180_8088478938057704057_o« Je les voyais comme je n’ai jamais vu personne et pas un détail de leurs visages ou de leurs habits ne m’échappait. Pourtant je ne les entendais pas et j’avais peine à croire à leur réalité. » 
L’Étranger, Camus. 

 

Comment représenter la “crise migratoire” qui traverse l’Europe sans succomber au fantasme médiatique et aux fictions politiques ? Comment traduire en image ces récits humains trop souvent oubliés ?
Lucie Bacon, Olivier Sarrazin, Françoise Beauguion et Lucile Boiron croisent leurs regards au 61 pour tenter de nous restituer à travers leurs pratiques artistiques l’histoire et le quotidien de ces hommes et femmes.
Ces artistes défont les schémas prédéfinis de la migration. Tous ont accompagnés ces migrants en exil dans ces espaces interstitiels, ces refuges hospitaliers, ces frontières barbelées, ces camps où naissent de nouvelles villes. Ils les ont photographiés ou cartographié leurs parcours pour nous donner à voir une autre réalité. Ils ont déjoués l’anonymat et l’invisibilité de ces “sans-Etat”, pour rendre à chacun leur part d’humanité.

—–
Parcours Chroniques
Lucie Bacon & Olivier Sarrazin (www.oliviersarrazin.fr)
Parcours Chroniques est un projet réunissant photographies et cartographies dessinées à la main, né de la dynamique de l’approche artistique transmédia d’Olivier Sarrazin, du travail de thèse de Lucie Bacon, et de la rencontre avec six jeunes hommes sur les routes balkaniques en décembre 2015 et janvier 2016.
Il (re)trace les parcours singuliers de personnes en situation d’exil sur cette route dite « des Balkans ». En se plaçant du point de vue des premier.e.s concerné.e.s, Parcours Chroniques fait le choix de restituer l’ampleur d’un phénomène à travers les itinéraires versatiles, les vécus variés, et les profils disparates des personnes migrant.e.s, en les restituant dans leurs contextes tant local et régional que global.

—–
Ehna Wahed (nous sommes un)
Françoise Beauguion (www.francoisebeauguion.com)
Françoise Beauguion photographie, filme et écrit autour de la question d’exil.
Elle s’attache aux moments d’attentes, à ces deux passages, deux vies dont font l’épreuve tous les réfugiés lorsqu’ils butent sur une frontière. Elle révèle ces temps suspendus, ces mouvements immobiles, comme aussi la fragilité des destins qui s’y figent. Elle refuse de photographier quelques regards à la va-vite. Elle parle avec ceux qu’elle photographie, elle les écoute. Ses images privilégient les noirs, les cadrages défaits, les axes impolis, les heures où la lumière brouille les pistes. Sous la calme apparence de paysages désolés, sur ces visages entraperçus, sur les corps anonymes et comme séparés des vies qui se jouent en eux, – dans la fragilité des regards ou des sourires, dans cette étrange lumière qui est à la fois une aube et un crépuscule, dans la parenthèse de moments trop indécis, ou entre les lignes faites de quelques phrases aiguës, on perçoit les multiples figures d’une détresse radicale.
Extrait d’un texte de Jean Bourgault
L’exposition Parcours Chroniques et Ehna Wahed est une création de #LaBoiteElsa Acosta

——
Young adventurers chasing the horizon (Projet en cours / 2016)
Photographie / vidéo
Lucile Boiron (lucileboiron.com)
«Nous reprenons la mer, l’âme navrée, contents d’échapper à la mort, mais pleurant les amis. Nous gagnons Éolie {…}. C’est une île qui otte : une côte de bronze, infrangible muraille, l’encercle tout entière ; une roche polie en pointe vers le ciel.»
L’odyssée, chant X, Homère
Cette série de portraits, est née en mars 2015, lorsque Lucile, jeune photographe diplômée de l’ENS Louis-Lumère commence à fréquenter les campements de réfugiés à Paris. Le sentiment d’urgence prime d’abord sur le désir d’image. Il faut agir, apporter du pain, de l’eau, des couvertures, partager une cigarette, écouter, rire de temps en temps ; essayer d’apaiser brièvement la faim, la soif, le froid. Puis, au fil des rencontres, des échanges, naît la volonté d’apporter un autre regard.
Alors, elle les a vu pour ce qu’ils sont : de jeunes aventuriers chassant leur horizon.
Cette série est le premier volet d’un long travail qui porte sur cette épopée moderne. Il s’agit d’une œuvre hybride, avec une approche transdisciplinaire mêlant photo et vidéo.