Compte-rendu du 3ème Séminaire Annuel du Réseau Migrations


« La Migration, au miroir des Arts, et des Questions d’Éthique  »

(20 juin 2016, M.S.H.S., Université de Poitiers, Poitiers, France)

Dans le cadre de la continuité des travaux du Réseau Migrations pour les jeunes chercheur.e.s travaillant sur les migrations internationales, celui-ci a organisé son troisième Séminaire Annuel le 20 juin 2016 à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de l’Université de Poitiers : un séminaire intitulé « la Migration, au miroir des Arts, et des Questions d’Éthique ». Ce séminaire a été soutenu par le Laboratoire MIGRINTER et le programme INTEGRIM. Le 3ème Séminaire Annuel du Réseau Migrations a été suivi par la Journée des Doctorants de MIGRINTER, première journée du colloque international « Penser les migrations pour repenser la société » (du 21 au 24 juin 2016). À cette occasion, le Laboratoire MIGRINTER a retracé trente années de recherche scientifique dans le domaine des migrations internationales.

*

unnamedLa journée a débuté le matin avec six présentations sur la thématique « Migrations et questions d’Éthique : statut(s) et rapport(s) de postures éthiques du chercheur sur son terrain ». 

Rappel de l’argumentaire

Les terrains des chercheurs les amènent à repenser continuellement leurs pratiques et leur éthique professionnelle. Il est parfois complexe de trouver quelle est la « bonne » place et / ou l’attitude la plus adaptée à adopter vis-à-vis des personnes et des situations auxquelles le chercheur se trouve confronté. Le caractère sensible d’un contexte politique, géographique, et / ou d’une population migrante, enquêtés, peut mener le chercheur à affronter, lors de la préparation, de la réalisation et / ou de l’analyse de son terrain, de nombreuses questions d’ordre éthique. Le rôle, la responsabilité, voire l’utilité sociale des travaux des chercheurs et les modalités de diffusion de la connaissance sont autant de points également traversés plus généralement par les questions d’éthique dans la recherche. Pour cet axe, nous proposons de questionner les problèmes éthiques actuels de l’étude de la migration, et invitons des communications dont les travaux interrogent les diverses questions d’éthique soulevées par les études migratoires, notamment selon le thème suivant : « statut(s) et rapport(s) de postures éthiques du chercheur sur son terrain ». Très souvent dans les projets de recherche, la méthodologie mise en place peut donner lieu à une relation durable, voire intime, entre le chercheur et le sujet étudié, brouillant les repères établis et les limites fixées. Nous évoquerons dans quelle mesure cette relation peut influer sur le déroulement de la recherche, et sur la vie des personnes amenées à y participer. Par exemple, comment combiner recherche scientifique, militantisme et engagement ? Qu’en est-il des chercheurs « aux casquettes multiples » ? Par ailleurs, comment penser la collaboration entre le monde scientifique et le monde associatif ? Comment les chercheurs, les représentants associatifs ou tout autre acteur se saisissent-ils des questions migratoires ? Quels sont les défis éthiques d’une recherche commandée par une association aux objectifs et à l’agenda définis ? Comment partager et diffuser des données dites sensibles, concernant la localisation, les statuts et les pratiques, sans exposer les populations migrantes les plus à risque et vulnérables ?

Anne-Françoise VOLPONI (sociologue, PASSIM, LAMES – C.N.R.S., Aix-Marseille Université) : « PASSIM : éthique et techniques d’une démarche expérientielle en recherche-médiation ».

Abderrahim BOURKIA (Chercheur journaliste) : « Des migrants dans la ville, ou l’herbe est plus verte en Europe » (poster scientifique).

Estelle MIRAMOND (Doctorante en sociologie, LCSP, CEDREF, Université Paris VII, Paris Diderot) : « Postures et impostures de la chercheuse en terrain politique sensible ».

Yvette Marcela GARCIA (Docteure en sociologie, DynamE, Université de Strasbourg) : « Enquêter sur les Chiliennes exilées en France : avantages et inconvénients d’une proximité biographique ».

David PUAUD (Docteur en anthropologie sociale et ethnologie, IIAC-LAUM-EHESS) : « L’empathie méthodologique, une posture éthique du chercheur sur le terrain » (poster scientifique).

Claire COSQUER (Doctorante en sociologie, Observatoire Sociologique du Changement Sciences Po – CNRS, Visiting Fellow Université de la Sorbonne à Abu Dhabi) : « Ethnographier la blanchité dans la migration : quelle éthique pour l’étude des dominants ? »

*

L’après-midi a par la suite donné lieu à des échanges sur le thème : « migrations et Art(s) » développé en trois sous axes : (1) La fonction performative des Arts dans les transformations sociales sur les questions de migration ; (2) Les modalités « artistiques » des représentations scientifiques des migrations dans le monde de la recherche ; (3) Expressions et pratiques artistiques et culturelles des populations en situation migratoire. Le Séminaire s’est terminé par deux heures de réunion consacrées à l’Assemblée Générale du Réseau Migrations, puis s’est clôturé autour d’un repas le soir.

Rappel de l’argumentaire

Nous situons cette première thématique dans l’effort actuel des études migratoires pour intégrer à la réflexion un objet qui n’a pas souvent été traité par ce champ d’étude : les Arts. Ce premier axe s’intéressera à la participation de la migration à la diversité des sociétés selon ce qu’en donnent à voir les Arts, en tant qu’ils sont un médiateur commun. Dans un monde dit hyper mobile, toute pratique artistique peut se faire le relais d’expressions nationalistes et / ou cosmopolites, et témoigner d’hybridations identitaires locales auxquelles participe la migration. L’objectif sera ainsi d’interroger l’objet « migration » au regard des milieux artistiques, scientifiques, et notamment des représentations et des pratiques des individus en contexte de circulation. Pour ce premier axe, nous invitons ainsi des communications dont les travaux interrogent les divers rapports possibles Art(s) / Migration, notamment selon les thèmes transversaux non exhaustifs suivants :

1. La fonction performative des Arts dans les transformations sociales sur les questions de migration

Comment les migrations sont-elles représentées par les Arts contemporains ? Comment l’Art peut-il induire des reconfigurations des rapports d’altérité ? Comment les pratiques culinaires peuvent-elles participer aux processus d’intégration et / ou nourrir des hybridités identitaires nées des migrations? Dans quels contextes pouvons-nous observer des architectures de transit, dédiées aux migrants ou aux populations mobiles et de passage ? Comment le cinéma et les Arts de la scène se saisissent-ils de l’actualité migratoire et qu’en montrent-ils ? Quels regards les artistes portent-ils sur la migration ? Dans quelle mesure, via les séries télévisées et le cinéma par exemple, changent-ils le regard porté par le public sur les questions de migration, d’identité et d’altérité ? Les messages portés par les Arts sur la migration bénéficient-ils de davantage de visibilité que n’en ont les sphères académiques, politiques ou médiatiques ? Comment expliquer que les causes d’ONG et d’associations diverses bénéficient-elles par exemple souvent d’une meilleure résonance et visibilité auprès du public dès lors que des artistes mettent leur célébrité au service des appels à la solidarité des réfugiés et des migrants ?

Ewelina CHWIEJDA (Doctorante en sciences sociales, E.H.E.S.S. Paris) : « La production artistique autour de la migration comme forme de recherche et instrument politique dans la lutte pour les droits des migrants ».

Naïma ELFEKIH (Chercheure en démographie, Direction régionale des affaires sociales de Kébilli – Tunisie) : « L’émigration clandestine au miroir de l’art audio-visuel tunisien : l’image de Harga vers Lampedusa : une tragédie artistique ou une catastrophe humaine ? » (poster scientifique).

Cosmina GHEBAUR (Post-doctorante en arts et sciences de la communication, Laboratoire d’étude sur les médias et la médiation, Université de Liège – Belgique) : « Cinéma et immigrés. Quand la mise en présence est une mise à distance ».

*

2. Les modalités « artistiques » des représentations scientifiques des migrations dans le monde de la recherche

Comment, dans la recherche, les disciplines artistiques et non artistiques se saisissent-elles de l’objet « migration » pour en rendre compte ? Comment représenter, parler de, ou montrer la migration ? Comment nous emparons-nous, dans nos travaux de chercheurs, de l’objet photographique ou des diverses modalités de représentations (dessins, schémas, cartes mentales, courts métrages, ressources textuelles, etc.) pour témoigner de la migration, mixant parfois recherche scientifique et création artistique ? Comment, en tant que chercheurs, dévoilons-nous alors finalement autant de « manières de faire » quant à la représentation des phénomènes migratoires que nous observons ?

Sylvie MARCHAND (Anthropologue, EESI – IBII – UNAM, Directrice artistique du Gigacircus Media Art Group) : « Amexica Skin, dispositif immersif interactif ».

Sylvia NEMER (Post-doctorante en histoire, LABIMI, Université de l’État de Rio de Janeiro – Brésil) : « Le cinéma brésilien et l’imaginaire de l’immigration au Brésil : repenser les discours nationaux ».

*

3. Expressions et pratiques artistiques et culturelles des populations en situation migratoire

Quelles formes d’expressions les Arts peuvent-ils constituer pour des populations migrantes ? Quelle est la place occupée par les Arts dans les processus de subjectivation et les pratiques discursives témoignant de l’expérience migratoire ? Comment l’expérience migratoire peut-elle être mise en scène, en tant qu’objet de la pratique artistique, comme dans le cadre du théâtre de l’opprimé, par exemple ? Comment l’Art en tant que pratique culturelle s’intègre-t-il dans l’économie des pratiques diasporiques, et des groupes affinitaires qui sont liés par une expérience de la migration ? Comment l’Art vient-il à rendre compte de l’expérience d’un vécu migratoire et de ses procédés d’élaboration ? En quoi les discours portant sur les pratiques des migrants, notamment artistiques, contribuent-ils à produire des régimes de visibilité et d’invisibilité de celles-ci ? En quoi les pratiques artistiques animent-elles le sentiment d’exister des individus durant l’expérience de la migration ? Comment le chercheur peut-il s’interroger finalement sur les expressions et les pratiques artistiques qui ont pour objet la migration ?

Noémie PATE (Doctorante en sociologie, ISP, Université Paris Nanterre) : « Dessins de mineurs isolés étrangers, une échappée discursive ».

Claudia Maritza CASTAÑO GARCIA (Doctorante en études hispaniques, ALHIM, Université de Paris 8) : « Enjeux actuels et perspectives de l’émigration artistique colombienne, à Paris et à New York (1990-2010) : introduction ».

Le Réseau Migrations aimerait adresser ses sincères remerciements aux intervenant.e.s, Anne-Françoise VOLPONI, Abderrahim BOURKIA, Estelle MIRAMOND, Yvette Marcela GARCIA, David PUAUD, Claire COSQUER, Ewelina CHWIEJDA, Naïma ELFEKIH, Cosmina GHEBAUR, Sylvie MARCHAND, Sylvia NEMER, Noémie PATE et Claudia Maritza CASTAÑO GARCIA. Il adresse également un grand merci aux chercheur.e.s, étudiant.e.s et représentant.e.s associati-fs/ves qui ont montré leur intérêt et participé à cet atelier.

Il remercie chaleureusement la M.S.H.S. de l’Université de Poitiers pour avoir accueilli l’événement, le Laboratoire MIGRINTER, ainsi que le programme INTEGRIM pour avoir participé au financement de celui-ci, de même que les membres des comités scientifique – Alberto CAPOTE, Mike GADRAS, Cécile GIRAUD, Josepha MILAZZO, Betty ROULAND, Ewa TARTAKOWSKY, David VIGNERON, Simeng WANG, et logistique de l’événement – Martine BROUILLETTE, Amandine DESILLE, Lucie LAPLACE, Ilka VARI-LAVOISIER, Joanne WALKER.

Toute l’équipe et les membres du Réseau Migrations se réjouissent du bon déroulement et de l’intérêt suscité pour ce 3ème Séminaire Annuel du Réseau Migrations, qui marque la continuation d’un travail en réseau qui se consolide et s’élargit. Nous vous invitons vivement à prendre part à notre Réseau et à ses riches échanges. Pour toute demande de plus amples informations : reseau.migrations@gmail.com.

img_20160620_113622

Résumés des communications

Anne-Françoise VOLPONI (sociologue, PASSIM, LAMES – C.N.R.S., Aix-Marseille Université) : « PASSIM : éthique et techniques d’une démarche expérientielle en recherche-médiation ».

Il s’agit de relater, en en tirant les fils réflexifs, une démarche de quinze années de recherches sociologiques menées au sein du laboratoire associatif PASSIM (Pour l’Action en Sciences Sociales et l’Intégration en Méditerranée), laboratoire hybride dont tous les axes de recherche abondent la problématique de l’hospitalité et donc de la question migratoire, avec le souci d’associer les citoyens à ses travaux par tous les moyens scientifiques possibles.

Abderrahim BOURKIA (Chercheur journaliste) : « Des migrants dans la ville, ou l’herbe est plus verte en Europe » (poster scientifique).

Ma présence en tant qu’interprète bénévole lors de mes déplacements consolide mes premières impressions formulées dans mes papiers de retour du terrain. Les migrants attendent une main secourable qui ouvre les frontières. Les guerres civiles qui ont secoué ou continuent de secouer le Soudan, l’Erythrée, la Syrie, la Libye ou d’autres contrées dont on ne parle jamais, transforment la vie des centaines de milliers de personnes en tragédie. Ceux qui ravivent les rivalités ethniques, rallument les conflits communautaires et soutiennent l’hégémonie des antagonistes et les chefs de guerre au sein de ces Etats devraient avoir un jour à assumer leurs choix. Loin de suivre l’écume de l’actualité et les grands titres du JT, ces guerres désignées à tort ou à raison de « guerres d’indépendance » et font des centaines de milliers de déplacés. Des catastrophes humanitaires qui poussent des familles entières à risquer leur vie en mer pour enfin trouver un pied à terre dans des pays voisins plus stables ou à chercher refuge ailleurs en Europe. Les effets dramatiques d’un monde rongé par trop d’inégalités, de souffrances et d’injustice se suivent et se ressemblent. L’heure n’est guère à l’optimisme. Pourquoi quelque part en ce bas monde des humains ont vocation à être de tragiques candidats au suicide ou à un avenir incertain ? J’ai pu collaborer avec des Italiens et des Français : journalistes, photographes, missions médicales, millitant-e-s, un réalisateur de documentaires et une art-thérapeute et de faire le relai entre les personnes présentes et les candidats à l’asile

Estelle MIRAMOND (Doctorante en sociologie, LCSP, CEDREF, Université Paris VII, Paris Diderot) : « Postures et impostures de la chercheuse en terrain politique sensible ».

S’il est une société pour laquelle la place importe, c’est bien la République Démocratique Populaire Lao, où l’on ne s’adresse guère à une personne au moyen de pronoms personnels (je, tu..), mais où les termes ‘enfant’ / ‘mère’, ‘maître’ / ‘esclave’, ‘grand frère’ / ‘petite sœur’ précédant les verbes viennent rappeler les hiérarchies sociales de classe et d’âge. Savoir quelle est « la « bonne » place et / ou l’attitude la plus adaptée à adopter vis-à-vis des personnes et des situations auxquelles le chercheur se trouve confronté » est ainsi en République Démocratique Populaire Lao une question dont les retombées sont non seulement directement grammaticales, mais forgent aussi la grammaire de l’enquête à venir. Et si le respect des hiérarchies importe en effet, celui du Parti Révolutionnaire Populaire Lao, parti unique auprès duquel on ne veut pas avoir d’ennuis, importe plus encore. Les chercheur-e-s non ressortissant-e-s du pays doivent ainsi obtenir des autorisations de recherche de la part des autorités centrales pour pouvoir enquêter sur un sujet donné. S’en affranchir, c’est risquer l’expulsion du pays, comme deux doctorant-e-s qui effectuaient leurs enquêtes à couvert, tout en travaillant dans des ONG, en 2010. Or, avec un sujet sur les paradoxes de la lutte contre la traite à des fins d’exploitation sexuelle entre le Laos et la Thaïlande, il a fallu ruser. L’étude de la confusion entre migration et la traite, de même que l’analyse des déplacements des femmes sur les territoires et sur le continuum des échanges économico-sexuels, ne constituent pas exactement le type de propositions scientifiques à même de générer des autorisations rapides. Amenée à conduire plusieurs ethnographies sans autorisations, j’ai d’abord opté pour l’observation participante d’un centre de réhabilitation tenu par une ONG, pour aboutir aujourd’hui à des demandes d’autorisations pour travailler sur « la famille laotienne ». Je souhaiterais revenir sur les postures que j’ai adoptées et les impostures auxquelles je me suis livrée – et me livre encore – depuis trois ans, dans un contexte politique(ment) sensible, une dictature communiste, car il me semble que les stratégies déployées soulèvent une série de questions éthiques non circonscrites à ma situation particulière. Elles touchent en effet les problèmes que posent les situations de recherches en « sous-marin », qui affectent entre autre la capacité de certain-e-s enquêté-e-s à questionner la solidité des hypothèses de recherche de l’enquêtrice. Le fait d’avoir un sujet officiel et un sujet officieux amène de fait la chercheuse à dresser des frontières entre enquêté-e-s informé-e-s, en mesure de discuter directement des enjeux en question, et enquêté-e-s évincés de fait lorsque leur statut peut mettre en péril la poursuite de l’enquête. La collaboration de fait entre monde scientifique et monde associatif, lui-même étudié par la thèse, devient le nœud de réflexions éthiques inconfortables, notamment lorsque que se multiplient les casquettes, que tombent les masques, que postures d’observation et d’engagement d’articulent et menacent de s’entrechoquer. Enfin, la question de la diffusion des résultats d’enquête s’avèrent également épineuse, n’étant permise que dans des lieux et temps précis, ou via des intermédiaires.

Yvette Marcela GARCIA (Docteure en sociologie, DynamE, Université de Strasbourg) : « Enquêter sur les Chiliennes exilées en France : avantages et inconvénients d’une proximité biographique ».

Cette communication est issue des réflexions et des analyses d’un travail doctoral sur les parcours d’exilées chiliennes en France. Dans le cadre de cette recherche, cinquante Chiliennes de trajectoires sociales distinctes, arrivées en France entre 1973 et 1988, ont été interviewées dans leur ville de résidence (Châteaudun, Lyon, Région parisienne et Strasbourg). Je me suis attachée à recueillir et à traiter ces données à partir d’un raisonnement ethnographique, privilégiant une approche qualitative tout en m’appuyant sur des données supplémentaires, qualitatives et quantitatives, issues de révisions bibliographiques. De manière générale, les approches et les démarches de terrain exigent un exercice de réflexivité. Cette présentation se propose de revenir sur les aspects d’ordre déontologique qui ont traversé mon travail de terrain. Jeune chercheure et fille de réfugié·e·s chilien·ne·s, ma position d’insider, notion chère à Howard Becker, m’a d’emblée sensibilisée et a déclenché mon désir d’enquêter ainsi que celui d’étendre mes connaissances autour de l’exil. D’ailleurs, un grand nombre de personnes ayant travaillé sur l’exil chilien se trouvent reliées à cet exil de par leur propre biographie, portant ainsi cette double casquette. Il s’agira d’aborder mes propres questionnements autour de mon positionnement en tant que chercheure située et sur les implications qu’il suppose. Il est également question de revenir sur les attentes des interlocutrices, les relations tissées et les stratégies déployées sur le terrain. Ma proximité biographique a incontestablement eu de nombreux effets et a sans aucun doute facilité une certaine relation de confiance. Néanmoins, elle comporte également des désavantages. De nombreux aspects étaient pris d’avance comme évidents et connus par moi-même. En outre, être reconnue en tant que Chilienne n’éveille pas illico une acceptation sans réserve. Le fait d’appartenir au groupe signifiait être potentiellement considérée comme plus proche d’un cercle que d’un autre. Comme pour tout groupe, des conflits ont traversé les différents moments du parcours collectif des exilé·e·s, notamment en termes d’appartenance à un parti politique, dont les divisions entre les partis ou au sein même de celui-ci ont laissé des traces. Aussi, on ne peut négliger l’importance de donner une « bonne image de soi » à une personne susceptible de partager et d’échanger avec d’autres personnes du réseau, ainsi que l’inquiétude d’être reconnue par des pairs. Par ailleurs, la situation de l’entretien lui-même est une instance qui se transforme en témoignage. Les entretiens réalisés n’ont pas toujours été aisés à mener. L’histoire de l’exil étant marquée par des non-dits, nombreuses sont celles qui m’ont exprimé n’avoir pas raconté leurs histoires individuelles à leurs propres enfants. Des souvenirs douloureux, personnels et parfois délicats étaient évoqués, contenant une charge et une portée émotionnelles intenses. Ainsi, dans l’esprit de remettre dans mes mains ces récits comme héritage, l’entretien a aussi correspondu à un rapport générationnel. Cette communication a pour objectif d’expliciter la méthodologie et la démarche employées dans ce travail de terrain et l’objectivation nécessaire pour adopter une posture analytique. Il s’agira également d’illustrer au travers d’exemples et de situations concrètes les dilemmes auxquels nous nous confrontons tout au long d’un travail de terrain « proche » impliquant un investissement significatif.

David PUAUD (Docteur en anthropologie sociale et ethnologie, IIAC-LAUM-EHESS) : « L’empathie méthodologique, une posture éthique du chercheur sur le terrain » (poster scientifique).

Cette proposition de poster est basé sur une double expérience de terrain. Premièrement à partir d’un travail de terrain développé en tant que « praticien chercheur » entre 2005 et 2014 au sein d’un service de prévention spécialisée auprès de jeunes en situation de marginalité plus ou moins avancée. Deuxièmement, je mène actuellement un travail de terrain auprès de mineurs isolés étrangers. Pour résumer, il s’agit dans ce poster de questionner la place du chercheur sur le terrain notamment lorsque ce dernier à des « casquettes multiples » notamment à travers une posture alliant empathie méthodologique et « engagement raisonnée » (Agier, 1997 : 24). Depuis quelques années, j’ai donc pu mener des observations sur les « postures empathiques » adoptées par le chercheur sur le terrain, puis débuter une réflexion autour de l’« écriture empathique » puis de l’« empathie méthodologique ». A travers ce poster, je définirais le terme « empathie », puis je développerai quelques postures concrètes favorisant le développement de rapports empathiques sur le terrain. Enfin, j’envisagerai quelques techniques de recueils de données, de mises en forme textuelles pour développer une « une écriture empathique ». Le « partage du sensible » sur le terrain n’est plus à percevoir comme une activité limitant la recherche mais comme une forme de connaissance particulière pouvant être support à une dynamique de recherche. L’empathie est donc une posture de terrain, mais elle peut également devenir un outil méthodologique pouvant être déployé par le chercheur. Pour cela, il est indispensable que le chercheur lie ces données sensibles à des savoirs scientifiques.

Claire COSQUER (Doctorante en sociologie, Observatoire Sociologique du Changement Sciences Po – CNRS, Visiting Fellow Université de la Sorbonne à Abu Dhabi) : « Ethnographier la blanchité dans la migration : quelle éthique pour l’étude des dominants ? »

Cette communication porte sur les conditions épistémologiques et éthiques d’une ethnographie des Français résidant à Abu Dhabi, conduite par observation et entretiens semi-directifs d’octobre 2015 à juin 2016. Ces migrants sont, à plusieurs égards, des migrants privilégiés : ils se désignent d’ailleurs rarement comme tels, préférant le terme d’ « expatrié ». Sémantiquement distingués, économiquement privilégiés, les Français à Abu Dhabi sont aussi racialement dominants. Originaires d’un pays colonisateur et très majoritairement blancs, ils rappellent par leur présence même que les inégalités de choix et d’opportunités face aux routes migratoires, et les régularités ethno-raciales qui sous-tendent ces inégalités, cristallisent l’une des formes de survivance de l’ « Empire » (Knowles, 2005). Ethnographier la blanchité depuis une position blanche constitue une entreprise à double tranchant. D’un côté, l’incarnation non équivoque de la blanchité facilite l’accès aux milieux racialement dominants : l’étanchéité raciale place certains groupes hors de la portée ethnographique de certains chercheurs, ou les condamne à une présence sur le terrain toujours suspecte, cible d’une méfiance permanente. D’un autre côté, l’endossement du privilège blanc et la socialisation, depuis l’enfance, dans une position blanche, ne sont pas sans effet sur les modes de perception des inégalités ethno-raciales, d’autant que la blanchité se construit largement comme invisibilité et norme de référence. S’attacher à rendre visible la blanchité en étant soi-même blanche suppose donc un double mouvement : une forme de « cynisme méthodologique », c’est-à-dire un investissement à plein de son privilège blanc, afin de garantir le meilleur accès au « terrain » ; une forme de « modestie méthodologique », c’est-à-dire une prudence sur les conditions d’universalisation de ses propres structures de perception, donc sur les résultats de sa propre ethnographie. Ces questions épistémologiques sont indissociables de questionnements éthiques, posés en particulier par le « cynisme méthodologique » susmentionné, qui implique deux attitudes contestables à plusieurs égards. Premièrement, il suppose l’investissement d’une blanchité reconduisant les catégories normatives mobilisées par les enquêtés eux-mêmes, ce qui se traduit par la participation plus ou moins passive à des comportements racistes. Deuxièmement, cette stratégie scientifique passe par une dissimulation opérée au détriment du consentement des enquêtés : ceux-ci ne se savent pas observés et ne se doutent pas que leurs faits et gestes sont régulièrement consignés. Cette situation sur le « terrain » interroge la définition même d’éthique : alors que celle-ci est souvent pensée dans le cadre de recherches portant sur des personnes vulnérables, peut-elle être comprise, et appliquée, indépendamment des positions de pouvoir des enquêtés ?

Ewelina CHWIEJDA (Doctorante en sciences sociales, E.H.E.S.S. Paris) : « La production artistique autour de la migration comme forme de recherche et instrument politique dans la lutte pour les droits des migrants ».

La migration est devenue l’un des sujets les plus traités dans les œuvres d’artistes contemporains, surtout ceux qualifiés de socialement engagés. Néanmoins, la plupart des travaux abordant cette question ont tendance à se résumer à des témoignages de migrants, certes importants et touchants, mais suscitant peu de réponse dans l’espace social des sociétés occidentales. Hormis la triste réflexion sur la difficile condition des migrants dans le monde d’aujourd’hui, ces œuvres ne proposent pas réellement d’idées pour le dépassement du statu quo. Le but de notre communication est de présenter et d’analyser une activité opposée qui se manifeste dans le champ de l’art contemporain ces dernières années. Il s’agit d’initiatives socio-artistiques qui, en réunissant les méthodes de recherche scientifique et la production artistique, visent à une sorte d’émancipation politique et sociale des migrants. Notre intervention se basera principalement sur les projets de trois artistes ayant elles-mêmes des expériences migratoires très différentes : Anna Konik, Tania Bruguera et Mieke Bal. En s’appuyant sur des textes de Jacques Derrida et Jacques Rancière, ainsi que sur les entretiens que nous avons pu réaliser avec chacune des artistes, et en étudiant leurs œuvres et travaux théoriques – car elles sont souvent elles-mêmes des théoriciennes du sujet (surtout Mieke Bal, qui est d’abord une historienne de l’art reconnue et l’auteure du concept d’« esthétique migratoire ») –, nous allons tenter d’analyser les techniques qu’elles proposent afin de rendre les immigrants non seulement visibles, mais aussi audibles dans la société d’accueil. L’autre question importante qui sera également l’objet de cette étude est la responsabilité de l’art contemporain et des artistes, en tant qu’agents de la vie publique, envers les immigrants. Les trois auteures, de façons très diverses, essaient de remplir ce devoir, qui est de l’ordre de l’éthique, consistant à donner la parole aux étrangers sans les manipuler ni en faire un simple « spectacle de la compassion ». Des projets comme In the same city, under the same sky de Anna Konik, Migrant People Party (Parti du peuple migrant) de Tania Bruguera, ou encore les vidéos de Mieke Bal insistant sur le visage positif de la migration et la richesse culturelle apportée par les étrangers, montrent un chemin intéressant et peu exploré dans l’art, aussi bien que dans la recherche sur la migration et son image dans les arts. Notre analyse proposera une lecture approfondie des projets ouvrant cette nouvelle voie de réflexion, ce qui nous permettra de proposer une perspective plus large de la problématique. Cette communication sera enfin l’occasion de partager avec les participants du séminaire les premiers fruits de nos recherches dans le cadre de notre thèse consacrée à la figure du migrant dans l’art contemporain. Nous espérons ainsi apporter un éclairage nouveau sur la question de la condition du migrant et de sa représentation dans la culture visuelle et le discours socio-politique d’aujourd’hui.

Naïma ELFEKIH (Chercheure en démographie, Direction régionale des affaires sociales de Kébilli – Tunisie) : « L’émigration clandestine au miroir de l’art audio-visuel tunisien : l’image de Harga vers Lampedusa : une tragédie artistique ou une catastrophe humaine ? » (poster scientifique).

Depuis la révolution du 14 Janvier 2011, l’art audio-visuel tunisien, devient l’enjeu le plus efficace, de la représentation du phénomène du « harga vers l’île de Lampeduse » comme un drame et une tragédie humaine. Les différentes créations artistiques, même si elles donnent une vision trés pessimiste de l’émigration illégale, elles aident le public au sein de notre société à prendre conscience, d’une réalité dont on n’a pas trop parlé. Le drame du « Harragas » est si grand que ces créations artistiques tunisiennes ont trouvé dans ce thème une source facile d’inspiration pour faire des reportages dramatiques. En tant que démographes, L’image des brûleurs de frontières est chargée d’un pouvoir critique, celui des politiques nationales de développement en Tunisie, et des politiques migratoires qui encadrent la sortie des jeunes et leur présence sur le sol de son pays d’accueil, alors que les reportages filmés télévisés et les films animés n’ont en pas intéressé.

Cosmina GHEBAUR (Post-doctorante en arts et sciences de la communication, Laboratoire d’étude sur les médias et la médiation, Université de Liège – Belgique) : « Cinéma et immigrés. Quand la mise en présence est une mise à distance ».

Jusque dans les années 1980, les politiques culturelles privilégient en Belgique francophone le référentiel de la démocratie culturelle. A partir des années 1990, elles connaissent une « revalorisation » (Genard 2013, 2014) du modèle de la démocratisation. Ce dernier sous-tend entre autres le secteur de l’éducation permanente, construit pourtant dès les années 1970 sur « une séparation forte, virant parfois à l’antagonisme » (Genard 2011), avec la culture consacrée. Des dispositifs de médiation sont mis en place pour rapprocher des publics, par exemple immigrés, et des œuvres ; comment se fait-il que certains de ces dispositifs contribuent, au contraire, à nourrir des réticences et résistances et à fabriquer ainsi des non-publics ? Cette communication s’intéressera au cas de la médiation mise en œuvre par des professionnels de l’alphabétisation pour adultes – le terme médiation est entendu ici au sens très large d’ensemble de couches (discours, pratiques, interactions, etc.) qui viennent s’interposer entre des publics et des œuvres. Je prendrai l’exemple d’un film sur l’excision proposé dans le cadre d’un ciné-club bruxellois à des groupes d’immigrés non européens (maghrébins et subsahariens) issus des classes populaires, occasion pour les professionnels d’aborder sous un angle militant la question de l’excision elle-même. L’étude portera très précisément sur les séances de préparation organisées en amont de la projection par des formateurs de trois associations différentes. En conjuguant interactionnisme symbolique et analyse de discours, il s’agira d’essayer de saisir ce qui, dans la médiation mise en place (stratégies de figuration et d’énonciation, processus d’altérisation et de stigmatisation, jeux de places, etc.), est susceptible de nourrir des représentations pouvant conforter, légitimer ou ancrer l’absence de pratique cinématographique. Cela revient à appréhender la réception en termes d’« adresse » (Servais 2015) et le dispositif de médiation en tant qu’il pose, figure ou construit socialement les personnes ou les groupes auxquels il s’adresse. La question des places prises ou assignées est ainsi inscrite dans celle plus large de l’inclusion dans le corps social : celle des types de collectif et de relation à ce dernier qui sont, au-delà de l’œuvre elle-même, institutionnellement proposés aux immigrés.

Sylvie MARCHAND (Anthropologue, EESI – IBII – UNAM, Directrice artistique du Gigacircus Media Art Group) : « Amexica Skin, dispositif immersif interactif ».

Sylvie Marchand présentera l’œuvre AmeXica sKin au travers de films et documents d’installation.
Ce dispositif numérique interroge la frontière Mexicano-Américaine, enjeu de conflits, point de rencontre avec l’altérité. « AmeXica Skin » est une membrane sensible, une surface d’échange qui met l’humain au centre du dispositif. La métaphore de la frontière comme peau structure la scénographie, espace complexe, poreux et sensoriel.

Sylvia NEMER (Post-doctorante en histoire, LABIMI, Université de l’État de Rio de Janeiro – Brésil) : « Le cinéma brésilien et l’imaginaire de l’immigration au Brésil : repenser les discours nationaux ».

La thématique de l’immigration apparait au répertoire du cinéma brésilien dans un contexte d’opposition à la dictature militaire (1964-1985) : un regard différencié sur l’image de l’immigré commence, alors, à se manifester dans la cinématographie nationale par la sortie d’œuvres importantes tournées vers une réflexion critique sur cette thématique. Ces productions contrastent avec les visions stéréotypées concernant la présence étrangère au Brésil, amplement diffusées par les discours dominants, et, habituellement, marquées par des préjugés sur l’intégration et la convivialité harmonieuse entre les étrangers et la société locale ; ou, plutôt, à l’opposé, sur l’inadaptation voire l’incompatibilité des immigrés à la réalité brésilienne. Cette vision dichotomique commença à devenir un vrai questionnement, lorsque s’affirma au Brésil, un nouveau cinéma : un cinéma politique, engagé, intéressé à déconstruire les mythes, intégrant des processus historiques complexes, comme l’immigration jusqu’alors absente ou traitée de façon unilatérale et superficielle, tant dans la filmographie nationale, que dans les films étrangers tournés au pays. Témoignant des multiples expériences subies par les immigrés dans leur démarche d’adaptation à leur nouvel environnement, les films nationaux qui abordent cette question montrent des portraits représentatifs de la réalité de l’immigration au Brésil. Ces processus sont totalement différents de ceux rencontrés par d’autres pays concernés par le phénomène migratoire comme, par exemple, la France et les Etats-Unis, où les préoccupations liées à la présence, en grand nombre, d’immigrés en situation irrégulière, a inspiré, ces dernières dizaines d’années, une production importante de films consacrés à cette thématique. Bien que le corpus soit peu fourni par rapport à la production international, axée sur la question de l’immigration, l’ensemble des films brésiliens réalisés sur ce sujet, à partir des années 1970, devient assez représentatif des problématiques concernant les processus migratoires survenus dans le pays, lors de différentes périodes historiques. Réfléchir sur ces problématiques est l’objectif de la présente étude dont la filmographie sélectionnée aborde: l’immigration de masse favorisée par l’Etat, ou par des particuliers, entre la moitié du XIXème siècle et les débuts du XXème siècle ; l’immigration de familles ou d’individus, pendant la période entre les deux guerres mondiales ; l’immigration en tant que retour aux origines entre les années 1980 et 1990 ; les nouvelles problématiques concernant l’immigration dans le contexte actuel.

Noémie PATE (Doctorante en sociologie, ISP, Université Paris Nanterre) : « Dessins de mineurs isolés étrangers, une échappée discursive ».

Le dessin d’enfant n’a plus à faire ses preuves pour le psychologue ou le pédopsychiatre, ni pour l’historien – comme l’a montré l’étude des Brauner, par exemple. Mais qu’en est-il du sociologue ? En quoi le dessin de l’enfant migrant peut-il nous permettre de connaître l’enfant en partant de lui-même, et de sa propre façon de se représenter – et d’exprimer – son expérience migratoire et son intégration à une nouvelle société ? C’est ce que cette étude cherche à montrer, en s’appuyant sur les dessins de jeunes migrants (de 8 à 17 ans). Quel contexte ? Une salle d’attente, dans un local associatif. Ces jeunes sont là pour une période allant de deux jours à deux mois, en attente de la réponse du magistrat : seront-ils reconnus mineurs ou majeurs ? L’association en question est en charge d’effectuer l’évaluation sociale de la minorité et de l’isolement de ces jeunes, dans l’objectif de donner des éléments de discernement au Parquet ou au Tribunal pour enfants. Mineurs, ils obtiendront le statut de mineur isolé étranger, et seront placés par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE). Majeurs, ils seront sortis du dispositif, et « tomberont » dans le droit commun. Quels sont ces éléments de discernement ? Un entretien social, basé sur la trajectoire biographique du jeune migrant – avec la pression de « raconter » qui l’accompagne – et une expertise médicale d’âge osseux. Eventuellement une authentification des documents d’identité. L’attente de la réponse, puis de l’orientation ASE le cas échéant, peut se faire longue et anxiogène. Pour passer le temps, l’équipe éducative cherche des distractions : visite de Paris, cours de FLE, jeux de société… et dessins. Dessins qui deviendront, au fil de mon séjour sur ce terrain, la principale activité des jeunes migrants. Dans ce contexte, j’ai pu recueillir plus d’une cinquantaine de dessins exploitables, que je propose de mettre en lumière dans cette communication. Des dessins qui ont inversé la dynamique discursive : c’était au tour du jeune de décider ce qu’il voulait me montrer de son expérience. Il s’agira donc de démontrer la valeur scientifique de ces supports, en s’appuyant sur deux approches qui nous viennent de la sociologie visuelle : la sociologie sur les images et la sociologie avec les images. D’une part, l’image – ici le dessin – est avant tout source d’information en tant que telle. Peuvent ainsi être produites de nouvelles connaissances concernant l’expérience de ces jeunes migrants, auxquelles j’accorderai autant d’importance qu’à celles recueillies via d’autres méthodes plus ethnographiques. Par ailleurs, et c’est le cœur de ce travail, la valeur scientifique de ces dessins réside dans le fait qu’ils s’accompagnent souvent de récits, de témoignages, d’un retour sur le vécu ; que ce retour soit plus ou moins réaliste, fantasmé ou idéalisé. Le dessin devient objet transitionnel (Winnicott) pour le travailleur social – comme pour le chercheur d’ailleurs – mais permet également d’appeler une mise en mots différente, une nouvelle pratique discursive.

Claudia Maritza CASTAÑO GARCIA (Doctorante en études hispaniques, ALHIM, Université de Paris 8) : « Enjeux actuels et perspectives de l’émigration artistique colombienne, à Paris et à New York (1990-2010) : introduction ».

Les phénomènes d’émigration d’artistes et d’autres groupes professionnels sont nombreux dans l’histoire et affectent des pays lors de grandes crises, guerres et guerres civiles, persécutions et régimes de dictatures, etc. Une des plus importantes pour l’histoire de l’art est la fuite hors de portée du pouvoir Nazi des artistes et intellectuels d’Europe Centrale, Allemands, Autrichiens, Hongrois, Roumains, etc. vers l’Europe de l’Ouest, puis les Etats-Unis, l’Amérique du Sud ou Israël durant les années 1933-1945. D’autres exemples sont connus, comme l’exil d’artistes communistes hors des pays de l’Est, certains sont moins bien documentés, comme l’émigration des Arméniens pour fuir le génocide accompli par les Turcs. L’émigration des artistes de Colombie s’est enclenchée et précipitée lorsque le pays est entré dans une nouvelle phase de « guerre civile » et dans le développement du trafic des narcotiques accompagné de sa répression par des groupes paramilitaires : une phase enclenchée dans les années 1980, sachant que la violence civile est bien plus ancienne dans ce pays. La terreur, la chasse aux dissidents et aux intellectuels, à tous ceux qui pouvaient agir et penser autrement que ce qu’exigeaient les groupes au pouvoir, a contraint des milliers de personnes dont de nombreux artistes, à se mettre à l’abri en émigrant dans des pays moins dangereux pour des élites cultivées. Les grands pôles internationaux de la vie culturelle ont plus spécialement attiré ceux des migrants qui voulaient travailler dans les domaines artistique et culturel : avec comme choix de destination pour émigrer, New York et Paris. Nous intéresserons ici à la vague d’émigration Colombienne des années 1990 et 2000. Elle a pour particularité de maîtriser une langue internationale, l’espagnol, ce qui la rapproche des émigrations Bolivienne, Chilienne ou Cubaine (dont l’histoire peut se situer à d’autres périodes), et la distingue d’émigration de peuples dont les langues sont très peu diffusées, Arméniens, Polonais ou populations des Iles Pacifique. Il s’agit aussi d’une émigration distincte des émigrations purement économiques, qui déplacent des populations pauvres à la recherche de travail et peu scolarisées. Dans cette communication, nous n’abordons que certains aspects de la question, tout en prenant en compte l’existence des autres (traité dans la littérature sur les migrations). En effet, nous nous intéressons, en quelque sorte, à l’offre d’accueil de deux pays et de deux villes en particulier, celle de la ville de New York (USA) et celle de la ville de Paris (France). En « remontant » en quelque sorte le parcours, nous examinons comment sont perçues ces deux cités en tant que lieu d’accueil par des artistes en migration, et comment sur les lieux d’arrivée, ils s’organisent pour s’intégrer au monde des arts et de la culture qui les accueille : stratégie de regroupement en situation de transplantation culturelle et relation à la ville d’origine (le cas de Medellín). L’enquête se prolonge par des analyses de la position de ces artistes entre pays d’origine et pays d’accueil, une situation d’acculturation qui demande de combiner les ressources de deux cultures, dans le contexte d’un monde de l’art où l’internationalité est une ressource valorisée.