Compte rendu du quatrième atelier scientifique “informel” du Réseau Migrations

Compte-rendu de la journée d’étude suivie d’un atelier du Réseau Migrations

31 mars-1e avril 2016 – Centre Anis Gras – Paris

(Supportés par l’Université Paris 13, le centre Experice, Anis-Gras et le Réseau Migrations)

Les deux journées ont tourné autour de cette thématique : « Néolibéralisme et mobilités internationales : rationalités, subjectivités. » La journée d’étude du 31 mars 2016 a voulu explorer ce thème à travers deux axes : le premier concernait les travailleurs qualifiés et les secteurs formels de l’économie, et le second les travailleurs peu qualifiés et/ou les secteurs informels de l’économie. Les questions adressées à travers ces deux axes concernaient l’impact de la rationalité néolibérale sur les parcours de migrations. Comment pouvons-nous retrouver, selon le récit des personnes en situation migratoire et leurs parcours d’expériences, les logiques d’une certaine rationalité néolibérale ? Comment lire les transformations supposées des migrations et des politiques publiques migratoires à l’heure de la gouvernementalité néolibérale ?

Le Professeur Paulo Peixoto, professeur au Centre d’études sociales (CES) de l’université de Coimbra au Portugal a démarré la journée par un exposé portant sur une étude menée par plusieurs universités portugaises et financée par la Fondação para a ciênca e a tecnologia sur les migrations portugaises qualifiées. Il en a soulevé la nouveauté, notamment en ce qui concerne les pratiques des jeunes émigrés portugais qualifiés. Trois exposés portant sur les migrations qualifiées ont ensuite été entendus.

Barbara Dellwo (Université de Lausanne) nous a présenté un exposé intitulé « Élites transnationales de culture musulmane à Genève : désenchevêtrer l’articulation entre « race » et « classe » en situation migratoire ». Ensuite, Marta Esperti (Université Paris 13) nous a parlé de « La construction de l’avenir dans un monde globalisé : la mobilité comme stratégie de distinction à la recherche d’une stabilité sociale. Le cas des jeunes italiens qualifés en France », et finalement Cécile Giraud (Université catholique de Louvain) à conclu ce panel par un exposé portant sur « Dispositif de mobilité et production de subjectivités néolibérales : le cas des mobiles hautement qualifiés à Bruxelles ».

Ce panel a été suivi d’un deuxième panel portant sur les migrations peu qualifiées et les secteurs informels de l’économie. Nous avons écouté Lorena Izaguirre (Université catholique de Louvain) qui a discuté de « Entre migration régulière et travail informel : les trajectoires (im)mobiles des péruviens à Sao Paulo ».

Cette journée a permis de nombreux échanges entre participants.

L’atelier du Réseau Migrations du 1e avril 2016 a été conçu dans la continuité de la journée d’étude du 31 mars et s’est organisée autour de cette question : Comment les migrations humaines viennent-elles interroger le contexte néolibéral du tout marchand ?

La session du matin s’est construite autour de cette thématique : Quels impacts du néolibéralisme sur les parcours d’autoréalisation des populations mobiles et migrantes ? Opportunités, finalités et vulnérabilités. Nous avons d’abord entendu Rym Hadir Abdou (Université Paris 8) sur le thème « Précarité(s) des femmes migrantes et néolibéralisme », suivi d’un exposé de Jean-Fidèle Simba (Université Paris 8) intitulé « Migrations et travail des enfants : une rationalité néolibérale de l’économie contemporaine ? ». Par la suite, Arsène Boulivi (Université Paris 13) nous a parlé de « La mobilité humaine à l’épreuve des politiques de l’exception : quelle expérience pour le sujet? », et la matinée a été conclue par Mohammed Rafk Arafaoui (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand) sur le thème « D’Annaba à Paris en passant par la Sardaigne : l’itinéraire d’un migrant clandestin algérien ».

L’après-midi a été l’occasion d’inviter des acteurs de la société civile qui ont partagé leurs parcours avec les participants. Nous avons reçu Mohamadou Mbaye et Abdul Sall, tous deux sans-papiers, qui sont venu nous livrer leur expérience de la migration. La session a été suivie d’un long échange avec le public.

 

Résumé des communications :

  • Barbara Dellwo (Université de Genève)

En Suisse comme ailleurs en Europe, on assiste à une distinction croissante des phénomènes migratoires entre les migrants désirables et les indésirables, où les premiers désignent les professionnels hautement qualifiés et mobiles, conçus comme des ressources et convoités par les Etats-nations, alors que les seconds se réfèrent aux travailleurs migrants, perçus comme une menace pour l’identité nationale et situés au cœur des débats sur l’« intégration » (Kofman 2005, Faist 2013). Parallèlement à cela, le débat sur l’immigration et l’« intégration » s’est transformé en un débat sur l’islam et les musulmans (Behloul 2009, Allievi 2005, Gianni, 2003), et ces migrants indésirables sont perçus de manière croissante selon leur appartenance religieuse, ce qui procède d’un phénomène de culturalisation et de racisation de ces populations (Yilmaz 2012, Amiraux 2012). Leur « culture » est de plus présentée comme incompatible avec les « valeurs européennes », à savoir la démocratie, la laïcité, l’égalité des sexes, etc. (Behloul 2009). Or comme l’ont montré plusieurs recherches sur l’articulation entre (in)visibilité sociale, stigmatisation et reconnaissance dans l’espace public, les acteurs sociaux développent des stratégies de positionnement en réponse aux termes dans lesquels se pose le débat public (Monnot 2013, Voirol 2005, Honneth 2004). Les acteurs musulmans sont ainsi constamment amenés à démontrer leur « loyauté » envers leurs pays d’accueil (Monnot 2013, Behloul 2009). Lors des terrains que j’ai conduits auprès d’élites transnationales de culture musulmane à Genève dans le cadre d’un projet sur « L’islam (in)visible en ville », j’ai constaté que ces migrants désirables ne sont pas confrontés aux mêmes injonctions quant à leur «intégration», et leur différence culturelle est un atout prisé dans le milieu cosmopolite de la « Genève internationale », formée de nombreuses organisations internationales, missions permanentes, ONG et entreprises multinationales. Leurs stratégies de positionnement et leurs modes de (re)présentation diffèrent par conséquent de ceux des migrants indésirables. A la lumière cet exemple, ma contribution vise à interroger de manière critique le débat sur l’intégration en soulevant l’hypothèse que la culturalisation et la racisation qui vise les migrants de culture musulmane traduit non pas la crainte d’une différence culturelle supposément incompatible avec les « valeurs européennes », mais plutôt une forme de mépris de classe. En mobilisant la notion d’intersectionnalité (Crenshaw 1991), ma démarche vise à éclairer l’articulation entre « race » et « classe », à savoir entre les représentations négatives dont font l’objet les musulmans (en considérant l’islamophobie comme une forme de racisme culturel), et des caractéristiques sociales favorables (un statut migratoire privilégié, l’appartenance à une classe sociale élevée, ou encore une profession à haut capital symbolique), ceci afin d’améliorer notre compréhension des phénomènes de discrimination en situation migratoire.

 

  • Marta Esperti (Université Paris 13) :

Cette contribution présente les conclusions d’une étude de cas qualitative menée lors de mon M2 en Sociologie à l’EHESS. Mon mémoire visait à saisir – parmi d’autres – les déterminants sociaux qui ont occasionné une mobilité de longue durée des jeunes italiens « hautement qualifiés » (étudiants et chercheurs) en Europe et notamment en France, en m’interrogeant sur la structuration de l’avenir de ces jeunes dans une société globalisée, caractérisée par l’imposition du modèle neo-libérale et par une forte crise économique. Si les États-providence européens se trouvaient déjà confrontés à des changements institutionnels et structurels face aux défis de la globalisation économique, ces transformations devenaient plus pressantes sous le poids de la crise économique globale et des politiques communautaires pour faire face à cette crise. Dans les pays du sud de l’Europe – comme l’Italie – caractérisés par des régimes d’État-providence très faibles, les politiques néo-libérales se sont imposées de manière plus marquée, à travers un considérable relâchement de la protection de l’État dans différents secteurs d’intérêt public. Or, dans ce cadre, il s’agissait aussi de comprendre comment se combinaient différemment les déterminants dus à les contraintes sociales et objectives et les éléments de subjectivité et de liberté dans le choix de partir et dans la mobilité de longue durée. Il en est résulté que les individus objet de cette étude étaient des individus à la recherche d’une autonomie, une indépendance, une reconnaissance sociale qui restait frustré ou qui rencontrait des difficultés et des problématiques dans leurs pays d’origine. L’évolution d’une mobilité qu’on pourrait catégoriser comme « circulaire », puisqu’elle envisage le départ (vers une ou plusieurs destinations), ainsi que le retour dans le pays d’origine, à une mobilité de plus longue durée, susceptible celle-ci d’assumer les caractéristiques d’une migration définitive, s’est révélée déterminée par deux facteurs : d’une parte le processus du devenir adulte, qui engendre la recherche d’une place plus ou moins stable au sein d’une société ; d’autre part l’impossibilité structurelle de voir se dérouler le parcours de transition au statut d’adulte et de définition de soi dans son pays d’origine. L’importance donnée à la flexibilité, la mobilité et l’adaptabilité dans les politiques néo-libérales du travail résulte une des clés de compréhension des mouvements migratoires de ces jeunes qualifiés. La mobilité serait donc une stratégie de compétition et de réalisation de soi. D’ailleurs « les jeunes sont au cœur de cette politique de production d’habitus flexibles ajustés à un cosmos économique toujours pensé comme mouvant, contraignant, incertain, le risque étant institué en dimension structurelle de l’activité sociale ». Les valeurs et principes de mobilité, concurrence, life long learning, self management, contribuent fortement à l’individualisation des trajectoires professionnelles, toujours plus flexibles et précaires. D’autre part les individus enquêtés répondent critiquement, le but de la mobilité étant la recherche d’une majeure stabilité, là où la protection de l’Etat du pays de destination demeure plus forte par rapport au pays d’origine.

 

  • Cécile Giraud (Université catholique de Louvain) :

For over two decades now, new patterns and experiences of mobility have been described in the literature, widening and renewing the field of migration studies. In particular, the ‘mobility paradigm’ literature has contributed to the enrichment of migration studies by questioning some of the traditional categories of that field of study. Concepts such as integration, migrant, movement are revisited in order to reflect the diversity of migration experiences in a globalized world.

In view of this, I would like to address the case of high-qualified workers in Brussels. Based on a range of semi-structured interviews with non-Belgians high-qualified ‘serial migrants’ (persons who have lived at least in three different countries) working in Brussels, I will explore some of the characteristics of that population who do not identify with categories such as migrant or expat, and for whom integration and national considerations do not make sense. I will suggest that their experience of mobility can only be understood through the dispositive that makes it possible. I will look into three of the elements that are part of this ‘mobility dispositive’: easy and accessible circulation within the Schengen Area and easy access to visas for high-qualified workers, early experiences of mobility through educational exchange programs or Erasmus and the infrastructures of global cities. As a conclusion, I will analyze how this ‘mobility dispositive’ shapes subjectivities particularly in line with the current conditions of our neoliberal economies, and for whom mobility is part of a way of life.

 

  • Lorena Izaguirre (Université catholique de Louvain)

Au cours des dernières années, comprendre les perspectives de mobilité sociale a été un des focus des études concernant les migrations économiques, mais l’attention a été portée fondamentalement sur les conditions matérielles d’incorporation des migrants. Il y a encore peu sur comment les individus interprètent leurs expériences et leurs perspectives de mobilité sociale dans les pays de réception. Cette communication s’intéresse à la manière dont les migrants péruviens interprètent leurs expériences migratoires et leur mobilité sociale au Brésil. En mobilisant pour l’analyse la perspective de l’intersectionnalité, et en nous appuyant sur un travail ethnographique et des récits biographiques, nous trouvons que, malgré des conditions de travail précaires, des incertitudes et des trajectoires objectivement immobiles, l’incorporation d’une rationalité néolibérale peut conduire aux migrants à percevoir leurs expériences comme des cas réussis de mobilité sociale. Pour situer notre étude de cas, il faut noter que le Brésil est devenu le noyau du système de migrations en Amérique du Sud à la suite de plusieurs flux de migrations intra régionales, produits par la forte demande de main d’œuvre qui a accompagné la croissance économique de ce pays les dernières années. Dans ce contexte, Sao Paulo, le plus important centre urbain en Amérique du Sud, est maintenant un pôle d’attraction pour les migrants internationaux. Selon des estimations récentes, les péruviens constituent aujourd’hui un des flux les plus importants de migrants à Sao Paulo provenant de l’Amérique du Sud. Au cours des 30 dernières années, un circuit transnational particulier a émergé entre les Andes péruviennes et Sao Paulo. La majorité des migrants péruviens, issus des zones rurales et des familles paysannes, se retrouvent confrontés à une situation paradoxale: ils incarnent un statut migratoire régulier et une situation de précarité économique élevée. Bien qu’ils réussissent assez facilement à avoir un statut de résidents dans le cadre des accords migratoires du MERCOSUR, ils s’insèrent au marché du travail principalement par le secteur informel. Travaillant en tant que vendeurs ambulants, couturiers dans des ateliers informels ou employés par d’autres péruviens sous des régimes de servitude pour dettes, le chemin vers un emploi stable peut prendre des années. Cependant, nous soutenons que des trajectoires même « immobiles » peuvent être subjectivement perçues comme des trajectoires bien succédées. Ainsi, les migrants péruviens valorisent un certain modèle d’entrepreneuriat et de parcours individuel de « self-made man », et considèrent comme des conjonctures temporaires leurs luttes quotidiennes. En fait, les perceptions de mobilité sociale reposent non seulement sur les déterminants socioéconomiques du contexte de réception, mais aussi dans la capacité de re-signifier la classe sociale, l’appartenance ethnique et le statut du contexte d’origine dans un nouveau ordre social.

 

  • Rym Hadir Abdou (Université Paris 8)

La globalisation met les populations migrantes ou qui aspirent à la migration devant un dilemme. D’une part le flux, l’intensité et la facilité qu’offrent les nouvelles technologies de l’information et de la communication et, d’autre part, les difficultés que ces mêmes populations rencontrent en matière de législations sur les libertés de circulation des personnes. Alors que les moyens de communication semblent prendre l’allure d’un mirage d’inexistence de toutes frontières dans un monde virtuel, les législations, les procédures et les mécanismes sur les flux migratoires érigent des murs aux frontières. Ce paradoxe complique plus les choses pour les femmes migrantes puisqu’il rend encore plus complexe leur mobilité come déjà une contrainte de genre.Par l’examen de cette situation, pour les femmes migrantes, je cherche décrypter les inégalités de genre que ce paradoxe amplifie puisque elles semblent rencontrer en France des situations complexes où s’imbriquent oppression subie en tant que femme et celle subie en tant qu’étrangère.

Les femmes migrantes et particulièrement les femmes maghrébines sont déjà confrontées, en France, à une politique, une législation et des pratiques administratives qui imposent des

conditions très restrictives à l’insertion des personnes étrangères non ressortissantes de l’Union européenne, les soumettent à l’arbitraire, et contraignent un grand nombre d’entre elles à survivre dans une situation de non droit et de grande précarité. Par ailleurs les textes législatifs et réglementaires, n’établissent pas de distinction entre hommes et femmes. Pourtant, les réalités sociales, économiques, familiales, culturelles, les représentations, le sont. Il faut donc s’interroger sur l’interaction entre ces textes et les réalités que vivent ces femmes.D’autant plus que ces femmes, aujourd’hui, sont tout particulièrement confrontées aux contextes politiques, économiques et culturels et aux bouleversements et crises dans les pays d’origine. Comme leurs parcours sont plus diversifiés et leurs déplacements moins autonomes, les décalages sont donc accentués entre les aspirations des femmes à la liberté, à l’autonomie, au travail, et les contraintes d’exclusion de toutes sortes auxquelles elles font face dans leur pays – et en France. Ma recherche s’inscrit dans la lignée des travaux sur le statut des femmes immigrées en Europe en cherchant à être une réflexion, dans le contexte européen actuel, sur l’insertion des femmes immigrées. Elle se distinguera par l’intérêt qu’elle accordera à l’analyse sociologique du processus d’insertion ou d’exclusion des femmes immigrées maghrébines en Europe.

Problématique : La question de l’insertion des femmes immigrées en général et des femmes maghrébines en particulier est intiment liée aux réalités que vivent ces femmes et qui sont à la fois hétérogènes, porteuses et révélatrices de mutations sociales profondes. Ces réalités reposent sur une dynamique de construction de nouvelles identités. Ce qui ne peut se faire que par la reconnaissance de la diversité des situations vécus, par la pluriactivité, les choix identitaires et les stratégies des actrices. Ainsi les choix ou les voies que les femmes migrantes prennent dans le processus d’insertion ou d’exclusion semblent orientés par leurs aspirations d’un côté et de l’autre par les orientations que conditionnent des arbitrages entre leurs vies personnelles et leurs vies professionnelles. La construction d’un projet de vie des femmes issues de l’immigration maghrébine, au tour d’un processus d’insertion et d’accompagnement de cette insertion, posera la question des dynamiques et des logiques conditionnant le processus d’insertion/accompagnement au cœur du projet de vie de ces femmes.

Hypothèses : L’insertion des femmes issues de l’immigration maghrébine se construirait sur la base de logiques d’articulation de leurs projets de vie. Elle serait conditionnée par leurs choix de s’identifier à « un modèle traditionnel », d’une vie de famille basée ou se référant à la culture et à la religion du pays ou à « un modèle de modernité » basé sur leur émancipation par leur niveau d’instruction, leur travail, leur gestion de carrière et leur élaboration d’une identité nouvelle. Dans le contexte de cet appel à contribution, une autre perspective, voire même, une nouvelle piste à explorer se dégage et qui confirmera ou infirmera cette hypothèse. Ainsi, les problèmes de mobilité et les législations de limitation des déplacements vont donc toucher plus les femmes migrantes alors que les nouvelles technologies de l’information et de la communication leurs font vivre des contacts virtuels. Ces problèmes de mobilité et de législation sont par ailleurs le produit d’un système politico-économique qui tend à maîtriser les flux migratoire dans des logiques économiques néolibérales. L’état de mes recherches me conduit à constater que les politiques communes, des pays du Nord et du Sud, en ce qui concerne « l’immigration, les frontières extérieures, le retour des immigrées clandestins et la coopération avec les pays tiers », est une approche qui se limite à la gestion des flux migratoires et qui ignore souvent et totalement la dimension des droits humains des migrants et ne fait aucune distinction entre les hommes et les femmes. En d’autres termes, la dimension genre n’est pas intégrée dans l’analyse de la migration et par là de la mobilité des migrant –e -s.

C’est dans ce contexte que ma communication se propose :

– d’analyser les contraintes que rencontrent les femmes migrantes en matière de frontières internationales, de frontières sociales et des violences symboliques qu’elles subissent et rencontrent dans leurs parcours migratoires.

– De mettre en exergue les effets des politiques néolibérales sur l’autonomie de cette catégorie de population.

 

  • Mohammed Rafk Arafaoui (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand)

« Liées à des trajectoires spécifiques et largement régionalisées, les migrations sont aussi le produit et le symptôme d’une mondialisation inégalitaire. Les médias internationaux, les moyens de télécommunication, la baisse des prix du transport aérien ont réduit les distances et contribué à véhiculer des images d’un monde plus accessible. Mais de nouvelles barrières (physiques, réglementaires, militaro-policières…) ont été construites afin d’entraver les mouvements des nouveaux damnés de la terre », (MIGREUROP, 2012, p. 11).Malgré ces barrières, des migrants ont trouvé les moyens de quitter la rive sud de la méditerranée pour rejoindre l’Europe, cet eldorado dont ils ont tant rêvé. Dans un premier temps, je présenterai brièvement les éléments empiriques sur lesquels s’appuie ce travail : un reportage de presse réalisé, pour le journal Le Provincial (Annaba, Algérie), à partir d’entretiens semi-directifs mené auprès d’un migrant algériens, arrivé clandestinement, en France au mois de décembre 2015. J’exposerai également sur les conditions de réalisation de ces entretiens et comment la proximité linguistique et culturelle permettent de rapprocher ou d’éloigner l’enquêteur de l’enquêté. Par la suite, en s’appuyant sur les témoignages recueillis, la communication interrogera les conditions d’accueil des migrants dans les centres de rétention en Italie et les moyens mis en œuvre par ces derniers pour quitter ces lieux « devenus un instrument privilégié de gestion des populations migrantes » en Europe. Elle s’intéressera aussi aux moyens financiers mobilisés pour réaliser le voyage et les difficultés rencontrées avant, pendant et après la traversée de la méditerranée. Elle présentera également des stratégies de contournement des migrants sans qualification ou dont les qualifications ne sont pas reconnues et qui ne peuvent s’insérer dans l’économie formelle du pays d’arrivée. Il s’agira également de faire la lumière sur des réseaux de passeurs en Italie et en France.Au final, les témoignages recueillis permettent de reconstituer et cartographier les itinéraires des migrants algériens arrivés clandestinement sur le territoire français. Je propose de résumer et regrouper l’ensemble de ces éléments dans un poster de format A1 ou A0. Je mettrai quelques photos explicatifs pris par les migrants pendant leur traversée en méditerranée et à l’intérieur du centre de rétention en Sardaigne. Je mettrai également dans le poster des extraits du reportage avec le narratif du migrant interrogé et enfin la carte qui retrace l’itinéraire de ces migrants clandestins.

 

Le Réseau Migrations aimerait adresser ses sincères remerciements aux intervenant.e.s, aux chercheur.e.s, étudiant.e.s et représentant.e.s associati-fs/ves qui ont montré leur intérêt et participé à cet atelier.

Il remercie chaleureusement l’Université Paris 13, le centre Experice, Anis-Gras, pour avoir accueilli l’événement et avoir participé au financement de celui-ci.

Nous vous invitons vivement à prendre part à notre Réseau et à ses riches échanges. Pour toute demande de plus amples informations : réseau.migrations@gmail.com.