Traversée des Balkans, parcours de migrants : être en cours de route en Bosnie-Herzégovine (épisode 2)

Un billet de Lucie Bacon

loadimg

Déplacer la focale sur une région où le phénomène migratoire reste encore mé(mal)connu comparé à d’autres espaces au coeur de l’attention politique et médiatique. Replacer les Balkans dans le paysage migratoire mondial, les routes et les points nodaux qui le constituent. Situer la Bosnie-Herzégovine et ses lieux de passage dans ce recadrage global. Tels furent les objectifs du premier volet de ce feuilleton-carte (Vacarme 71).

Pour tenter de contrôler et d’endiguer les « flux » de ces migrants de « transit », il y a les politiques migratoires, objet de ce deuxième épisode. En Bosnie-Herzégovine, comme dans les autres pays des Balkans de l’Ouest, elles s’implantent dans le cadre de leur future adhésion à l’Union européenne, et plus particulièrement depuis que chacun d’entre eux a signé l’accord d’association et de stabilisation. Candidats officiels ou potentiels, tous sont des territoires-cibles de la délocalisation du contrôle migratoire impulsée et imposée par l’Union européenne.

Celui-ci se décline en de nombreux outils. Parmi les instruments phares, il y a les camps, véritables traductions spatiales d’un mode de gestion des migrations et de la vision sécuritaire qui l’accompagne. Hors la vue, éloignés des zones urbaines, difficilement accessibles pour les journalistes, chercheurs et citoyens, ils constituent la matérialisation d’une volonté politique claire : invisibiliser pour montrer que le phénomène migratoire est maitrisé.

Illusions. Ces lieux emblématiques de la politique restrictive et dissuasive menée marquent sans nulle doute certains des parcours migratoires qui empruntent la route des Balkans. Ils leur imposent l’arrêt. Transforment un passage envisagé en une impasse réelle, un épisode transitoire en point d’arrêt durable. Mais ils n’arrêtent ni ne découragent…

La suite au prochain épisode. En attendant, voici le second feuilleton de la série (carto)graphique de Lucie Bacon.