Migrants de longue distance, migrations de « transit » en Bosnie-Herzégovine

Bacon Lucie, Vacarme, n°71

Feuilleton carte « Traversée des Balkans, parcours de migrants : être en cours de route en Bosnie-Herzégovine »

1ère épisode : Migrants de longue distance, migrations de « transit » en Bosnie-Herzégovine

La Bosnie-Herzégovine, étape ou point d’arrivée sur les routes vers l’Union européenne, est un lieu où se nouent les enjeux migratoires contemporains, entre passage de migrants et pressions des politiques européennes. Le pays est pourtant un angle mort du paysage migratoire mondial. Pour rendre visibles les flux et leurs points nodaux, il y a les images. Voici le premier feuillet de la série cartographique de Lucie Bacon.

Clandestins à bord de navires de fortune, Africains entassés dans des camionnettes traversant le Sahara, Mexicains accrochés aux trains de marchandises : autant d’images fortes et spectaculaires au caractère tragique, sensationnel et exceptionnel, matière première de nos médias et des larmes de crocodiles de nos politiques. Que ces événements soient symptomatiques d’une certaine réalité migratoire, c’est indubitable. Que, par l’attention qu’ils polarisent, ils occultent d’autres aspects moins visibles, c’est ce qu’il nous faut explorer. Tel est l’objectif de ce « feuilleton-carte » qui a volontairement fait le choix de poser son regard sur la Bosnie-Herzégovine, pays absent du décor lorsqu’il s’agit d’aborder les migrations internationales contemporaines. Plutôt effacée dans le champ de l’investigation scientifique, négligée dans la sphère médiatique, placée au second rang sur l’agenda politique, en est-telle pour autant l’oubliée du paysage migratoire mondial ?

scène du visible

Revenons vingt ans en arrière. La mobilisation des milieux politiques et celle des médias, des citoyens ou encore des professionnels du spectacle à l’ouverture du Festival d’Avignon en juillet 1992 — mois tragique des massacres de Srebrenica — sont autant d’éléments qui témoignent de la place considérable que la Bosnie-Herzégovine occupait alors sur la scène du visible. Au cœur de l’attention publique, le déchirement de l’ex-Yougoslavie socialiste de Tito, la purification, le nettoyage et l’épuration ethniques, le siège de Sarajevo, « siège le plus long de l’histoire du XXe siècle ! », « la guerre en Europe ! », « à moins de deux heures d’avion de Paris ! ». Cette déferlante d’indignation s’incarnant dans l’effervescence de phrases « choc » ne doit pas masquer d’autres discours qui apparaissent simultanément et portent sur ce qui ne peut être que la conséquence directe d’un conflit d’une telle envergure : les mouvements de population.

L’intégralité de l’article est à lire sur le site de Vacarme.

Prochain numéro du feuilleton carte : N°73 – Aout 2015


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search