Compte rendu de l’atelier scientifique du Réseau Migrations (Université d’Aix-Marseille, Aix-en-Provence)

Résumé de l’atelier du réseau Migration « espace informel de discussion pour les chercheur.e.s dans les études migratoires »

(2 avril 2015, M.M.S.H., Université d’Aix-Marseille, Aix-en-Provence, France)

DSC01729
Dans le cadre de la continuité des travaux du réseau Migrations pour les jeunes chercheurs travaillant sur les migrations internationales, celui-ci a organisé son troisième événement scientifique le 2 avril 2015 dernier à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme de l’Université d’Aix-Marseille : un atelier intitulé « espace informel de discussion pour les chercheur.e.s dans les études migratoires ». Ce séminaire a été organisé grâce au soutien financier du laboratoire Telemme de l’Université d’Aix-Marseille et du séminaire inter-laboratoires MIMED.  

La journée a débuté le matin avec trois présentations sur le processus de problématisation dans la recherche.

L’enjeu pour les intervenant.e.s, à différents stades de réflexion et d’évolution dans leurs recherches, était de présenter sur 20 min le processus de problématisation auquel ils/elles ont dû se prêter dans le cadre de l’un de leurs travaux de recherche. Le but était de restituer à l’assemblée les difficultés passées ou actuelles liées à l’effort de problématisation, en situant le contexte de recherche, l’objet et les objectifs. Il s’est par la suite ouvert un temps de commentaires, de questions et de conseils pratiques, notamment autour d’échanges de références bibliographiques sur des notions et des concepts centraux soulevés lors des présentations.

  1. Émigration / immigration algérienne et expériences de jeunesse, par Julie Lemoux, (Doctorante en Sociologie, Migrinter, Université de Poitiers, France).

L’entrée par la catégorie des « jeunes » pour étudier l’expérience migratoire des Algérien-ne-s nous permet de répondre à un double objectif. Dans un premier volet, nous proposons de délimiter la population étudiée sur le critère de l’âge pour poser un regard transversal sur la variété des situations d’émigrants algériens, et ainsi observer les processus de diversification des profils en cours depuis les 1990-2000. Dans un second volet, il s’agit d’étudier les migrations, comme expérience sociale, pour saisir l’étape de vie qu’est la jeunesse dans le cas algérien. De sorte que les notions de « jeunes » et de « jeunesse » sont mobilisées dans différentes perspectives que nous proposons d’articuler. D’abord, le choix des jeunes comme catégorie d’âge vise, sur le plan méthodologique, à délimiter notre échantillon. La jeunesse est aussi abordée comme un processus marquant une étape particulière dans le déroulement des âges de la vie, et dont il convient de saisir les enjeux qui s’insèrent par la suite dans l’expérience migratoire. Pour ce faire, il convient de considérer la génération des jeunes, qui inscrite dans une temporalité historique, est porteuse d’un héritage commun, d’expériences et de représentations partagées liées au contexte social, politique et économique de sa présence. Enfin, la génération des « jeunes algériens » est donc définie comme un groupe social dont nous interrogeons les rôles et statuts dans la société d’origine et d’accueil, et leur évolution telle qu’elle s’opère autour de l’événement migration.

  1. Choisir, définir et penser l’articulation des termes clefs de sa recherche : effort de réflexivité sur les difficultés inhérentes au positionnement scientifique, par Lucie Bacon (Doctorante en Géographie, Migrinter, Université de Poitiers, France).

Dans les premiers temps de la thèse, la réalisation d’un état de l’art sur la thématique migratoire en Bosnie-Herzégovine a permis de cibler les angles morts de la recherche scientifique et donc de faire ressortir la singularité du sujet par rapport à l’état des connaissances. Pourtant, si aucune recherche empirique n’avait encore pris pour terrain d’enquête la Bosnie-Herzégovine, la question des parcours migratoires des migrants de « longue distance » dans un « pays de transit », elle, était et demeure très investie. Dès lors, quels termes, notions ou concepts choisir pour construire un cadre théorique original ? Comment les définir, les mobiliser et les articuler ? Comment se positionner scientifiquement lorsqu’on s’attaque à des concepts victimes d’une inflation d’usage ? Comment défendre la pertinence de notions et de leur force opératoire pour l’analyse du phénomène migratoire ? A partir de la notion d’(in)visibilité, souvent considérée comme faible du point de vue analytique, et du concept polysémique et omniprésent de territoire, cette intervention a proposé un retour sur les difficultés d’une étape cruciale dans la problématisation du sujet de thèse.

  1. Du contexte villageois au village global : approche réflexive du processus de problématisation autour de la participation de la migration internationale aux transformations de la localité (Cadaqués, Espagne), par Josepha Milazzo (Doctorante en Géographie, Telemme, Université d’Aix-Marseille, France).

DSC01719

Cette présentation avait pour objectif principal de joindre une discussion plus générale sur l’importance de l’approche réflexive dans le processus-même de la recherche. En effet, en tant que chercheur, c’est une tâche délicate que celle de la formulation explicite des répercussions concrètes des parcours d’expériences dans les données que nous collectons, dans la manière dont nous les collectons et dans les analyses que nous en faisons et qui nous amènent pourtant à des reformulations bien diverses dans nos travaux. L’enjeu de cet échange était ainsi de partager avec l’assistance l’originalité de mon sujet de thèse, en présentant de manière chronologique le processus itératif des multiples étapes de sa re-conceptualisation. Dans un premier temps, j’ai expliqué pourquoi le village de Cadaqués, par son contexte sociodémographique et spatial particulier, soulève de nombreuses questions d’intérêt pour les études migratoires. Par la suite, il était question d’exposer comment le dialogue entre empirie et théorie avait re-circonscrit l’objet et l’objectif de recherche : un changement dans le choix du paradigme de lecture de mon objet de recherche m’avait conduit à formuler de nouveaux questionnements généraux comme autant de cadres pour entrer à nouveau sur mon terrain de recherche. J’avais ainsi déterminé ma problématique à partir d’une approche inductive d’un terrain relativement exploratoire. J’avais pu alors finalement penser à apporter une contribution théorique : proposer une redéfinition du concept de « village global » à partir du cas d’étude du village de Cadaqués, en Espagne.

L’après-midi a donné lieu à des échanges sur le thème transversal : « Les thématiques migratoires aux prismes de la xénophobie et de l’altérité : espace public et espace numérique », notamment en s’appuyant sur et déclinés autour des présentations de deux représentants associatifs. Les chercheur.e.s étaient ainsi invité.e.s à venir exprimer, dans le cadre d’un débat informel, et n’impliquant pas nécessairement de préparation spécifique en amont, leurs réflexions sur les enjeux migratoires à travers ces notions, sans forcément qu’elles aient à se recouper dans le cadre de leurs travaux, leurs terrains ou leurs simples points de vue quant à l’actualité.

  1. Daniel Moundzego, pour l’Association des Réfugiés Sans Frontières (siège à Douala, Cameroun) et Étienne Djatio Nguendam (Doctorant en Droit de l’Homme, Droit International Humanitaire et Droit Pénal International de L’Université de Dschang, Cameroun), en vidéo-conférence depuis le Cameroun.

Suivant l’expérience migratoire, comment le racisme et la xénophobie sont-ils perçus dans la sous-région d’Afrique centrale et particulièrement au Cameroun ? Les migrants et les réfugiés sont-ils à l’abri des pratiques racistes et xénophobes ? La question mérite d’être posée, à partir du moment où l’on observe la manière dont bon nombre d’étrangers sont considérés et marginalisés au Cameroun. En effet, le Cameroun est un pays d’origine, de transit et de destination de plusieurs migrants internationaux en raison de sa position géographique au cœur du continent africain et de sa stabilité politique. Les migrants et les réfugiés sont confrontés aux actes et aux faits de discriminations relatives à l’accès à la justice, à l’emploi, à l’éducation, à la santé et au logement. Ils sont marginalisés par le peuple camerounais au sein duquel plus de cent ethnies ont tendances à se rejeter entre elles-mêmes, et la situation des migrants devient alors alarmante. À l’analyse, il existe bel et bien, dans le cadre juridique et politique national, des pratiques racistes et xénophobes en matière de migrations, notamment la question de l’accès à la justice et aux autres services publics par les migrants. Le droit prétorien camerounais a consacré l’existence d’un traitement différencié entre nationaux et étrangers. Ces derniers ont en effet l’obligation, s’ils sont demandeurs, de fournir au préalable une caution appelée « caution judicatum solvi » pour le paiement des frais et dommages – intérêts qu’ils pourraient avoir à verser aux défendeurs camerounais si leurs actions n’aboutissaient pas devant les tribunaux et les cours. En réalité, seule la volonté politique forte de l’État du Cameroun et des Etats autres, permettra de venir à bout de ces écueils pour que les migrants et les réfugiés deviennent véritablement l’Homme des droits de l’homme, dont tout le monde se soucie et que chacun se sente contraint de défendre, de protéger efficacement et en toute circonstance.

Et Marie-Dominique Aguillon, pour l’association La Cimade, France.

DSC01760

Le réseau Migrations aimerait adresser ses sincères remerciements aux intervenants Julie Lemoux, Lucie Bacon, Josepha Milazzo, Marie-Dominique Aguillon, Daniel Moundzego et Étienne Djatio Nguendam. Il adresse également un grand merci aux chercheurs et étudiants qui ont montré leur intérêt et ont participé à cet atelier, qui a été des plus intéressants en termes d’expérience. Il remercie chaleureusement l’Université d’Aix-Marseille et la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme pour avoir accueilli l’événement, le laboratoire TELEMMe et le séminaire inter laboratoires MIMED pour avoir participé au financement de celui-ci, de même que les organisateurs de l’événement, Martine Brouillette, Mike Gadras, Colette Le Petitcorps, Josepha Milazzo et Laure Sizaire.

Toute l’équipe et les membres du réseau Migrations se réjouissent du bon déroulement et de l’intérêt suscité pour ce 3ème événement scientifique, qui marque la continuation d’un travail en réseau qui se consolide, avec des étudiants venus des quatre coins de la France et de Belgique pour participer à l’événement. Nous vous invitons vivement à prendre part à notre réseau et à ses riches échanges. Pour toute demande de plus amples informations : réseau.migrations@gmail.com.